La mobilité urbaine est faite de systèmes complexes : dans un espace limité, le territoire urbain concentre différents types de mobilités dont les acteurs défendent leurs intérêts et objectifs respectifs, parfois convergents, souvent en tension. L’un des dilemmes que pose la mobilité en ville est celui de l’arbitrage entre liberté individuelle et optimum collectif. Ce dilemme peut être illustré par un escalator de métro en heure de pointe.

Celui-ci concentre en effet dans un espace réduit des flux de personnes se rendant d’un point A à un point B avec des rythmes, habitudes et moyens différents. Les uns préfèrent monter les marches deux par deux, les autres attendre sagement sur le côté; les uns étant chargés de lourdes valises, les autres voyageant léger. Les uns découvrent l’escalator pour la première fois, les autres l’empruntent matin et soir.