Singapour, cité-état de plus de 5 millions d’habitants et de 647,8 Km² de superficie s’est lancée depuis le milieu des années 70 dans la construction de plan de mobilité ambitieux et lui permettant d’attirer les investisseurs. La mobilité à Singapour est la clé du développement de cette île. Elle dispose aujourd’hui d’un très bon maillage de son territoire en termes de transports. Résultat, près de 55% de la population utilisent les transports en commun chaque jour. C’est également grâce à une politique stricte de limitation de l’utilisation des véhicules personnels et des services numériques et billettiques performants.

singapour smart mobility 3

La mobilité à Singapour, le clé du développement de la Cité-État

Ce pays à la superficie équivalente à celle de la petite couronne parisienne, a fait de la mobilité la clé de son développement. Singapour est capable d’offrir aux investisseurs potentiels un service de transports très développé et organisé. À l’échelle d‘une métropole, la mobilité est un enjeu majeur pour les entreprises et le Gouvernement singapourien l’a bien compris. Où que vous soyez sur cette île et selon le moyen de transport utilisé, vous pouvez vous rendre à l’aéroport en 20 minutes. Ainsi les services de mobilités locaux servent également la mobilité internationale proposée par Singapour.

Une politique stricte de réduction de l’utilisation de la voiture personnelle

La Land Transport Authority (LTA), est une organisation gouvernementale qui gère l’ensemble des réseaux de transport sur l’île. Elle est à l’origine de nombreuses initiatives et projets afin de fluidifier le trafic routier et de limiter au maximum l’utilisation de la voiture personnelle. Le gouvernement se concentre sur des mesures draconiennes afin de dissuader les citoyens d’acquérir une voiture. Le coût d’achat d’une voiture standard sur l’île atteint les 80 000 euros environ, auquel il faut ajouter le Certificate of Entertainment (COE), l’équivalent de notre permis de conduire. Ce titre s’obtient lors de ventes aux enchères contre une somme moyenne de 50 000 euros et qui n’est valable que 10 ans. De plus, circuler à Singapour coûte cher. C’est le premier pays à avoir mis en place, en 1975, un péage urbain (ERP). Il oblige les automobilistes à s’acquitter d’un paiement lorsqu’ils rentrent dans des zones délimitées par des portiques. Le coût dépend de l’heure (plus cher en heure de pointe) et de la vitesse moyenne de l’automobiliste. Plus la vitesse est faible, plus le coût est élevé. Enfin concernant le carburant, il est interdit de faire son carburant dans les pays limitrophes où le carburant est bien moins cher. Si un automobiliste se fait contrôler avec son réservoir moins de trois quarts plein en se rendant à l’étranger, il écope d’une lourde amende. Autant de mesures qui permettent à Singapour de limiter l’utilisation de la voiture personnelle et de favoriser celle des transports en commun.

singapour smart mobility 2

Le taxi à Singapour, un transport en commun à part entière

Au-delà d’un réseau de transport classique (bus et métros) très développé et performant, Singapour est doté d’une flotte de plus de 25 000 taxis, ce qui place la Cité-État au premier rang mondial en terme de ratio nombre de taxi/nombre d’habitants. Cela est due en en grande partie à la facilité pour réserver et payer un taxi sur l’île. En effet, il existe une solution qui permet de demander un taxi directement depuis son smartphone, d’en choisir un parmi les répondants, de le géolocaliser, de tout savoir sur le chauffeur et le véhicule et enfin de pourvoir évaluer la course pour les autres utilisateurs. Cela oblige également les chauffeurs de taxi à respecter un certain standard de qualité. D’autre part, le paiement est facilité grâce à la solution EZ-Link qui permet de payer dans tous les types de transports à Singapour et d’autres services dans la ville. Les utilisateurs rechangent cette carte et sont ensuite débités en fonction du trajet qu’ils effectuent. C’est une des particularités de Singapour, les trajets des transports en commun sont payés à la distance parcourue, les utilisateurs doivent badger à la montée et à la descente.

Singapour représente de riches enseignements pour les métropoles françaises qui ont toutes un objectif fort d’éco mobilités. De la taille d’une grande métropole, ses plans ambitieux et ses projets permettent de rendre facile le déplacement sur l’île. Conscient de l’importance que représente la mobilité dans une ville afin d’attirer des investisseurs, le gouvernement poursuit ses efforts et c’est dans cette optique que l’arrivée d’un troisième opérateur s’inscrit.