Face à la croissance dynamique du secteur aérien, l’Association internationale du transport aérien (IATA) a alerté sur le fait qu’un nombre croissant d’aéroports ne disposent pas de la capacité nécessaire pour gérer tous les vols que les compagnies aériennes souhaitent opérer. Sachant que le nombre de passagers aériens devrait doubler au cours des vingt prochaines années (IATA prévoit 8,2 milliards de voyageurs aériens en 2037, contre 4 milliards en 2017), la pression qui s’exerce sur les aéroports s’intensifie, les obligeant à s’adapter à un nouvel environnement.

A cela s’ajoutent des demandes de plus en plus exigeantes de la part des compagnies aériennes et des passagers.

Comment les aéroports feront face au défi capacitaire à venir ?

Dans ce qui suit nous allons nous intéresser à l’aéroport Paris Charles de Gaulle qui prévoit de construire un 4e terminal à l’horizon 2037.

 

Un contexte qui justifie la construction d’un nouveau terminal

Avec plus de 72,2 millions de passagers en 2018, l’aéroport Paris Charles de Gaulle est le deuxième aéroport le plus fréquenté d’Europe derrière Londres Heathrow (80 millions de passagers en 2018).

Si actuellement la plate-forme est en mesure d’absorber la demande, les capacités d’accueil des passagers seront toutefois saturées dans les prochaines années (aux alentours de 2023). Les prévisions estiment une croissance du trafic parisien de +2% à +3% par an ce qui se traduirait par un volume de passagers de l’ordre de 107 à 126 millions à l’horizon 2037 et 620 000 à 660 000 mouvements d’avions.

Source

La capacité de la plate-forme à absorber la hausse du trafic est un enjeu majeur pour faire face à la concurrence internationale accrue. Si le trafic croît sur la plate-forme, celle-ci ne parvient pas à capter tout le potentiel de la croissance mondiale, passant de la 7e place à la 10e place dans le classement des aéroports les plus fréquentés au monde sur la période 2012-2017. En effet, l’aéroport Paris Charles de Gaulle est directement concurrencé par d’autres plate-formes européennes telles que Londres Heathrow, Francfort, Zurich ou encore Munich, mais également avec d’autres hubs non européens (sur la même période, l’aéroport de Dubaï est passé de la 10e à la 3e place des aéroports les plus fréquentés au monde, preuve de sa capacité à attirer la croissance mondiale). D’où l’intérêt pour le Groupe ADP d’investir dans des infrastructures supplémentaires afin de capter tout le potentiel de la croissance mondiale et rester dans le peloton de tête des aéroports mondiaux les plus fréquentés.

 

Le visage du nouveau terminal

Le Terminal 4, appelé « Space Invaders » d’une dimension semblable à celle actuelle de l’aéroport d’Orly consiste en un ensemble de bâtiments en forme de « U », de réseaux de desserte routière et ferré.

La capacité d’accueil totale du terminal sera de l’ordre de 35 à 40 millions de passagers annuels, portant ainsi la capacité de la plate-forme à 120 millions de passagers par an, de quoi gérer la croissance du trafic aérien jusqu’en 2050 selon le Groupe ADP.

Le nouveau bâtiment devrait se situer au nord du terminal 2F et 2E. Il sera accessible par la route actuelle qui sera prolongée. Côté transports en commun, le terminal sera desservi par le CDG Express, dont la livraison est initialement prévue pour 2024, ainsi que par la ligne 17 du métro Grand Paris Express en 2030, qui comptera dans ses stations, le nouveau terminal.

Source

Selon le calendrier prévisionnel, le projet devrait débuter en 2021 avec une livraison totale à l’horizon 2037. Le chantier est cadencé selon plusieurs phases avec des mises en service successives. Une ouverture partielle est prévue pour 2028 et viendra ainsi alléger la saturation de la plate-forme.

Source

Le coût du projet est de l’ordre de 7 à 9 milliards d’euros et sera entièrement financé par le Groupe APD, le gestionnaire de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.

Toutefois, l’architecture retenue ne fait pas l’unanimité auprès des compagnies aériennes, malgré 18 mois de concertations et d’études. En effet, deux projets étaient en concurrence, celui d’aérogare en forme de « U » et celui d’aérogare divisée en satellites. Pour les compagnies aériennes le projet retenu (en forme de « U ») engendrerait des temps de roulage plus importants et donc une hausse des coûts opérationnels, puisque ce dernier serait construit en « cul de sac » et les avions ne pourraient entrer et sortir que d’un côté.

L’association BAR France (Board of Representative Airlines), qui regroupe les 70 compagnies aériennes présentes dans l’hexagone, exigeait en octobre dernier une consultation « basée sur la transparence », pour offrir à ses clients utilisateurs, un projet « privilégiant l’efficacité opérationnelle et la ponctualité des vols dans un cadre financièrement acceptable pour les compagnies aériennes ». De son côté, Franck Terner, ancien directeur général d’Air France a lui estimé à 60 millions d’euros le surcoût lié aux temps de roulage additionnels.

Avec l’arrivée de Ben Smith, en août 2018, comme nouveau Directeur Général d’Air France-KLM, la situation semble s’être dénouée puisque ce n’est qu’après leur rencontre que le PDG d’ADP, Augustin de Romanet, a tranché le choix du projet architectural. En effet, ce nouveau terminal serait adressé en priorité à Air France et ses partenaires de l’alliance Skyteam, qui compte en faire leur nouveau hub opérationnel.

 

Un terminal « smart » et intégré

Concrètement, quelles sont les ambitions de ce nouveau terminal ?

Dans un premier temps, l’expérience client sera améliorée grâce à un dispositif humain et digital offrant davantage de confort aux passagers, ainsi qu’une baisse des temps d’attente lors du passage à la sécurité ou lors de l’accès aux avions : reconnaissance faciale, assistant personnel multilingue, parcours fluide, meilleure connectivité, etc.

Pour cela le Groupe ADP entend bien laisser une large place à l’innovation. Un challenge mondial intitulé « Play your airport » a déjà été lancé, invitant les étudiants, entreprises, voyageurs et collaborateurs à imaginer l’expérience client dans les aéroports du futur.

Pour les compagnies aériennes clientes, le nouveau terminal engendrera une baisse de leurs coûts opérationnels et donc une hausse de la compétitivité. Pour les salariés de la plate-forme, les services pensés viseront à fournir un environnement de travail agréable (davantage de connectivité, de lumière, d’espaces verts). Enfin pour les entreprises présentes sur la plate-forme, la hausse du nombre de passagers entraînera une hausse de leur chiffre d’affaires.

D’autre part le nouveau terminal permettra de décongestionner l’accès aux terminaux aussi bien par les réseaux routiers que les transports en commun. Les infrastructures permettront également d’améliorer la connectivité au sein de la plate-forme rééquilibrant ainsi les flux.

En accord avec ses engagements en matière d’environnement, le Groupe ADP prévoit des services dont les impacts environnementaux seront moindres voire inexistants. L’objectif est de limiter la consommation énergétique avec une infrastructure laissant pénétrer air et lumière. A cela s’ajoute une végétalisation afin d’intégrer la biodiversité au projet et limiter les écoulements d’eaux pluviales. Dans la même logique, des espaces verts intérieurs et extérieurs seront mis à disposition des clients et des salariés de la plate-forme afin de garantir une zone de respiration qualitative.

Pour finir, la hausse de la connectivité du territoire français permettra d’accroître le tourisme et le développement du commerce international avec des conséquences économiques positives pour l’ensemble du territoire.

Si ce projet ambitieux permettra au Groupe ADP de faire face à la croissance du trafic aérien mondial durant les prochaines années, il ne fait que reporter la saturation prévue en 2050. Au-delà des investissements en infrastructure, les gestionnaires d’aéroports doivent également considérer la question de la technologie qui offre des perspectives intéressantes de réponse au défi capacitaire. En effet, les nouvelles technologies permettent également d’optimiser les infrastructures existantes, d’accroître l’efficacité opérationnelle, de réduire les coûts et d’améliorer l’expérience client. Tout l’enjeu réside dans la capacité des aéroports à intégrer ces technologies dans leur écosystème aussi bien sur le plan technique, qu’organisationnel et humain.