Comme chaque années, le CES de Las Vegas, inaugure l’année en donnant les grandes tendances en matière d’innovation. Voici les faits marquants de ce cru 2016.

La guerre des VTC, so 2015

L’année 2015 a été marquée par l’arrivée des services de transport particuliers comme Uber ou Lyft. A la différence de 2015, cette année, une zone a été réservée aux VTC à l’aéroport de Las Vegas. Uber et Lyft y ont vu une occasion en or d’inciter un public hyper-connecté à installer leurs applications et créer un réflexe. Et pour prendre l’ascendant, Lyft offrait 50€ de course à ses clients alors qu’Uber offrait le Wifi à bord de ses véhicules.

Mais cette année marque peut-être un tournant avec l’arrivée du premier drone capable de transporter des passagers. La start-up chinoise Ehang Inc. a présenté Ehang, le premier drone remplaçant du taxi.

Un CES Made in France

Après être arrivés en VTC au salon,  nous pouvions sentir la présence des Français. Cette année, 190 start-ups françaises (30% des start-up) et 5 groupes français (La Poste, Engie, Microelectronics, Technicolor, Dassault Systèmes) y avaient un stand. L’hexagone était le 2ème pays le plus représenté après les États-Unis.

L’une des pépites françaises est City2Gether, une start-up basée à Caen qui a développé une application permettant aux citoyens de contribuer à rendre la ville plus intelligente et améliorer les services publics.

Notons aussi la présentation très remarquée de Parrot et son drone-avion pouvant atteindre les 80 km/h :

Voitures autonomes et voitures connectées

Depuis 2015, le CES est devenu un salon de l’automobile 2.0. Cette année, deux thèmes majeurs ressortent encore : les voitures autonomes et les voitures connectées.

On connait NVidia pour ses cartes graphiques, mais cette année au CES 2016, NVidia a dévoilé un super-calculateur le Drive PX 2 ayant la puissance de calcul de 150 Macbook Pro.

Mais c’est au niveau des stands des constructeurs automobiles que l’actualité a été la plus dense. Renaud-Nissan, tout d’abord, a annoncé la mise sur le marché de 10 modèles de voitures autonomes d’ici 2020. Mais dans cette course à la voiture autonome, le constructeur ayant pris le plus d’avance est surement Ford. En effet, le groupe américain a intégré Android à ses modèles de voitures, en annonçant un partenariat avec Google : celui-ci pourrait d’ailleurs se concrétiser en une co-entreprise.

Enfin, notons que Général Motor a pris un angle d’attaque un peu différent. En s’associant avec Lyft, le groupe de Détroit table sur la fin de la voiture personnelle dans les grandes agglomérations au profit d’un parc de voitures autonomes mis à la disposition des clients.

Mais d’ici la commercialisation et l’autorisation de circulation de ces voitures sans conducteur, les constructeurs automobiles misent sur des voitures de plus en plus intelligentes. C’est le cas par exemple de Honda qui a dévoilé Android Auto, une version d’Android spécialement conçue pour l’assistance à la conduite.

BMW a, quant à lui, misé sur l’amélioration de l’interface homme-machine en présentant Air touch, un habitacle intelligent permettant de contrôler l’électronique embarqué sans utiliser ses mains.

Enfin, dans la catégorie automobile, Craft, une start-up française, a fait forte impression en présentant sa voiture en kit réparable à l’infini :

Objets connectés et la réalité virtuelle : évolution plus que révolution

2016 marquera l’arrivée à maturité des objets connectés. Depuis 2 ans, on parle beaucoup de l’Internet des Objets, de révolution des objets connectés… Mais il a fallu attendre 2016 pour voir l’émergence d’une génération d’objets avec un écosystème mature. Preuve en est, Google a dévoilé Brillo, une version d’Android spécialement conçue pour les objets connectés.

Autre signe de l’arrivée à maturité de l’Internet des Objets, la présentation de HaLow, un nouveau Wi-Fi pour les objets connectés.

Le CES a aussi été l’occasion pour des jeunes start-up de présenter des objets connectés qui révolutionneront peut-être nos vies. Vous trouverez les meilleurs projets d’objets connectés de ce CES 2016 à cette adresse.

Petit bonus de début d’année

Pour finir, en ce début 2016 et pour faire suite aux fêtes, la trouvaille de la start-up française D-VIN qui a inventé la “nespresso du vin”. Peut-être que dans quelques années, nous fêterons le nouvel an avec cette machine.