L’entreprise de logiciels de marketing mobile FollowAnalytics organisait le 17 novembre dernier à Paris une conférence sur le thème « Mobilités et objets connectés : nouveaux usages ». Cet événement était l’occasion pour cinq startups d’exposer leurs stratégies de développement. Deux d’entre elles ont particulièrement retenu notre attention : Xee, qui développe des boitiers connectés pour les automobiles et OuiCar, spécialisée dans la location de véhicules entre particuliers et déjà mise en avant lors d’un précédent article.

Transformer son véhicule en voiture connectée

La voiture connectée est le grand sujet du moment, le cabinet américain Gartner prévoit même que, d’ici à 2020, ce seront plus de 250 millions de véhicules en circulation dans le monde qui seront connectés soit l’équivalent d’une voiture sur cinq.

Ce n’est donc pas pour rien que les constructeurs se sont lancés dans l’aventure et sont de plus en plus nombreux,  , à installer des boîtiers connectés dans leurs véhicules et à développer leur offre de services de télématique. Mais ils sont loin d’avoir le monopole dans ce secteur car de nombreuses startups se sont engouffrées sur ce marché et proposent des technologies aftermarket souvent bien plus abouties. Xee, startup lilloise, a développé un boîtier facilement installable dans la voiture de tout un chacun et connecté au smartphone du conducteur qui a alors accès à un panel de services diversifiés. Ce boîtier récupère jusqu’à 66 signaux différents qui permettent aux utilisateurs de monitorer leur conduite, d’alerter leurs proches en cas d’incident, de recevoir des alertes en cas d’utilisation anormale du véhicule, de le géolocaliser à n’importe quel moment etc.

Les usages de ce boîtier sont donc multiples : de la maintenance à la gestion de flotte, en passant par l’assistance, ce sont autant d’arguments qui ont déjà convaincu de grands noms du secteur. Ainsi, en plus d’avoir déjà séduit de nombreux particuliers ou d’entreprises possédant une flotte de véhicules, Xee, membre du groupe Mobivia, travaille étroitement avec Norauto et Midas avec pour objectif d’équiper près de 600 000 véhicule en 2018 selon son directeur général Yvan Gravier pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros dès l’année prochaine.

Néanmoins, l’expansion de ce secteur pose aussi de nombreuses questions : avec toutes ces données partagées, comment donner confiance à l’utilisateur en protégeant ses données privées notamment avec les véhicules de fonction ? Quelles sont les mesures à adopter pour assurer la sécurité des véhicules contre la cybercriminalité ?

Simplifier l’autopartage avec les objets connectés

closeup of a man using a smartphone while driving a car

Toujours autour de la voiture mais pour d’autres usages, OuiCar, leader français de la location de véhicules entre particuliers a trouvé une solution pour contourner sa plus grande cause d’annulation de transactions : l’impossibilité pour les utilisateurs de se rencontrer afin d’échanger les clés du véhicule. La startup, proposant un service similaire à Drivy, a ainsi développé une solution de télématique embarquée, OuiCar Connect, qui permet l’identification du « locataire », l’ouverture et la fermeture des portes, le démarrage du véhicule et sa géolocalisation à distance grâce au smartphone.

L’entreprise estime que la mise en place de cette solution pourrait lui apporter entre 30 et 50% de revenus complémentaires. Son actionnaire majoritaire, la SNCF, qui a investi massivement dans la startup (elle détient 75% du capital) croit tellement à cette idée qu’il a aussi été l’un des premiers testeurs de la solution puisqu’une dizaine de ses véhicules de fonction sont désormais équipés de ce boîtier. Ainsi, pendant les weekends, les utilisateurs de OuiCar peuvent louer les véhicules de la SNCF. Cette collaboration permet à la SNCF de vraiment développer sa stratégie de porte-à-porte en proposant à ses usagers des services complémentaires pendant tout leur trajet tout en rentabilisant sa flotte de véhicules en-dehors des horaires ouvrés.

 

Ces deux projets, bien que très différents, permettent d’illustrer comment l’usage du véhicule est en train d’évoluer : d’un véhicule personnel peu utilisé et à la maintenance aléatoire, on passe à un modèle communautaire dans lequel ce sont à la fois le conducteur et la voiture qui sont monitorés afin de permettre une mobilité plus intermodale, fluide et fiable.