Suite au pic de pollution aux particules fines au mois de mars 2015, la ville de Paris a pris des mesures afin d’encourager les automobilistes à laisser leur véhicule au garage. Circulation alternée, gratuité des transports en commun ou encore gratuité des Vélib’ sont quelques-unes de mesures mises en place pour réduire le taux de particules.

Le vélo le moyen de transport à privilégier en cas de pollution

Et si le meilleur moyen pour se déplacer lors des pics de pollution était le vélo ? D’après l’étude de l’ORAMIP (Observatoire Régional de l’Air en Midi-Pyrénées) réalisée en 2008-2009 à Toulouse, les automobilistes sont les plus exposés aux particules que les autres usagers en raison de l’habitacle fermé de la voiture qui accumule la pollution. Il en va de même pour les usagers de métro en raison de la stagnation des particules en souterrain. À mi-chemin entre le métro et la voiture, les passagers des bus sont moins soumis que la voiture car les bus sont moins pris dans les embouteillages. La bicyclette reste ainsi le meilleur moyen de se déplacer en cas de pic de pollution.

Le plan vélo 2015 – 2020 pour favoriser l’usage du vélo

pista ciclabileAfin de développer ce mode de transport, la ville de Paris vient de dévoiler son plan Vélo 2015-2020. Paris souhaite devenir la capitale mondiale européenne du vélo en 2020. Parmi les différents objectifs figure l’extension de la longueur des voies cyclables pour passer de 700 km à 1 400 km d’ici 2020 ou encore l’offre de stationnement qui proposera 10 000 places supplémentaires. La ville souhaite également développer la culture de vélo en proposant des lieux dédiés aux vélos comme des centres d’apprentissage ou encore des ateliers de réparation. Toujours dans un objectif de démocratisation du vélo et suite au succès du Vélib’, la ville de Paris propose désormais le service P’tit Vélib’ mettant le vélo à la portée des petits parisiens. Enfin pour renforcer le confort et améliorer la sécurité des cyclistes, la ville souhaite mettre en place de nouvelles règles de circulation.

Ainsi, lorsque la qualité de l’air est mauvaise, le vélo reste le moyen de transport à privilégier et vous serez (peut-être) indemnisés pour pédaler ?