Vous avez bien lu : « Thalys » « train » et « covoiturage » dans la même phrase. Après tout, à bord d’un train on parle de voiture (le terme wagon étant réservé au fret). Alors pourquoi le train ne pourrait-il pas se lancer à son tour ?

Paris-Bruxelles en train pour 29 euros

Thalys l’a fait, avec une offre de covoiturage en train nommée « TickUp » pour relier Paris à Bruxelles avec un prix fixe à 29 euros, non échangeable et non remboursable, pour un aller en seconde classe, sur cette liaison uniquement et sous réserve de disponibilité. Les voyageurs accèdent à l’offre via un site dédié. Il leur suffit alors de réunir un groupe de quatre personnes ou bien de rejoindre un groupe déjà existant en moins de 48h, pour un départ programmé entre le lendemain et les 7 jours à venir. Une fois le groupe dûment complété, la réservation est validée et le client reçoit un ticket nominatif.

visuel_tickup_fr

À titre de comparaison, le même trajet est proposé pour 20 euros chez BlaBlaCar, le champion français du covoiturage. Quant au billet de train Thalys, son prix s’envole puisque l’anticipation est minime (voyage entre J-1 et J-7) et que les billets restants offrent généralement davantage de flexibilité (échangeables et remboursables sous conditions) ; il faut alors compter autour de 99 euros. Grâce à l’offre TickUp, vous voyagez donc à bord du Thalys pour environ 30% du prix de référence (tarif semi-flex en seconde classe) et profiter du confort et de la rapidité du train pour 9 euros de plus que le covoiturage classique. Au passage, le transporteur optimise le remplissage et, potentiellement, la rentabilité de son train.

Quand le covoiturage bouleverse la carte des transports

Les entreprises ferroviaires l’ont bien compris, le covoiturage séduit de plus en plus : les voyageurs sont prêts à accepter que leur trajet soit – beaucoup – plus long et moins confortable, dans la mesure où celui-ci reste – beaucoup – plus abordable financièrement. Simple et efficace, l’offre de Thalys démontre une fois de plus la volonté des acteurs du transport ferroviaire de contrer cette offensive. L’année dernière, la SNCF se diversifiait déjà en lançant sa propre plateforme de covoiturage baptisée iDVROOM, venant compléter une nouvelle offre de transport en car, iDBUS, dont le développement va s’accélérer avec la promulgation de la loi Macron.

Avec ces prix alléchants, Thalys s’inscrit dans la continuité des petits prix proposés depuis deux ans par la SNCF à travers son offre OUIGO, TGV aux tarifs « low-cost » qui connait un véritable succès. En revanche, l’offre Thalys reste pour l’heure une offre d’appel dont on ne peut prévoir la pérennité et les retombées économiques.

Avec des prix de billets de train et de covoiturage parfois relativement proches, les éléments discriminants pour le voyageur restent la largeur de l’offre, la capacité à anticiper son voyage et le temps de trajet ; à titre d’exemple, pour un Paris-Bruxelles il vous faudra 1h25 en train, contre 3h30 en voiture.