Un des objectifs de la Transition Energétique est de diviser les émissions de gaz à effet de serre par quatre entre 1990 et 2050 (facteur 4). Les transports, qui représentent plus d’un tiers des émissions de CO2 en France, sont un secteur essentiel sur lequel intervenir. Domitille Alozy revient pour nous sur le projet BienVEnu (www.bienvenu-idf.fr).

 

 

Pouvez-vous présenter BienVEnu ?

« BienVEnu est un projet innovant de recharge des véhicules électriques dans le résidentiel collectif existant. »

Il propose une solution technique qui permet une optimisation du raccordement et un pilotage intelligent de la recharge. Il propose également de nouveaux services comme la recharge pour particuliers ainsi que l’autopartage ou le covoiturage au sein de votre immeuble.

Ce projet a vu le jour suite à un appel à manifestation d’intérêt de l’ADEME. Il se trouve donc accéléré par les subventions du Programme d’Investissements d’Avenir. Celles-ci ont permis de soutenir la R&D du projet. De plus, la région Île-de-France subventionne pour partie les infrastructures des sites pilotes.

Un des objectifs du projet est la sensibilisation de la population, faire comprendre que c’est un investissement d’avenir et gagnant-gagnant.

BienVEnu regroupe 8 partenaires : CentraleSupélec en charge de l’algorithme de recharge, Clem’ qui propose l’offre d’autopartage et de covoiturage, Enedis en charge du rôle de raccordement, du comptage de la grappe de charge et de la coordination du projet, G2Mobility qui abrite l’intelligence du système, vérifie que les données remontent bien et fournit des bornes, Nexans qui fournit le matériel (câble bus et bornes), Park’n plug qui établit les offres commerciales en assurant son rôle d’OIRVE (Opérateur d’Infrastructure de Recharge des Véhicules Electriques), Tetragora qui identifie les freins et appétences des résidents utilisateurs ou non, et Trialog qui assure la communication entre les SI et la conformité aux normes.

Comment ont été choisis ces sites pilotes ?

Le but est à terme de recruter 10 immeubles de la région Ile-de-France pour y installer la solution développée par le projet. Il y a une volonté de panachage dans le choix des sites, entre bailleurs sociaux, privés ou encore copropriétés.

La communication s’est faite auprès des journaux municipaux, sur des salons ou encore au travers des réseaux d’interlocuteurs privilégiés de chacun des partenaires.

Pour que la solution soit pertinente il faut un minimum de véhicules par bâtiment. L’objectif était donc une dizaine de places équipées par immeuble. Ce n’est néanmoins pas un objectif strict, sur les 5 immeubles tests actuels, certains en ont moins et d’autres beaucoup plus. Quand les 10 sites finaux auront été sélectionnés, normalement d’ici juin, nous nous attendons à un minimum de 100 places au total.

Pourquoi ce projet aujourd’hui ?

Les véhicules électriques ont des besoins de charge qu’il faut savoir anticiper. Si tous les utilisateurs branchent leur véhicule le soir en arrivant chez eux, on est alors certain de fortement aggraver le pic de consommation de 19h. Ceci demanderait avec une démocratisation du véhicule électrique d’intervenir sur les infrastructures et donc engendrerait un fort surcoût pour les collectivités et sur l’ensemble des français au travers du TURPE.

Pour une grappe de 10 véhicules électriques, BienVEnu se limite à 36kW grâce à la recharge intelligente au lieu des 74kW qui auraient été nécessaires sinon, et opère ainsi un lissage dans le temps. Le véhicule branché n’a en effet pas forcément besoin d’être rechargé immédiatement mais seulement d’ici sa prochaine utilisation.

C’est aussi une période de changement des mentalités. Alors que certaines générations étaient très attachées à leur véhicule, d’autres sont bien plus ouvertes à des solutions d’autopartage.

Ainsi, au lieu d’avoir deux véhicules, une citadine pour la ville et une familiale pour les vacances, le premier peut désormais être remplacé par un véhicule en autopartage. En Ile-de-France, ce n’est pas une proposition neutre, sachant qu’un véhicule électrique bénéficie de la gratuité de stationnement.

De plus, cette offre peut être vue comme complémentaire à l’Autolib déjà en place. Ainsi, alors que l’Autolib vous permet des trajets d’un point A à un point B, BienVEnu se positionne sur les trajets partant du domicile et y revenant, comme faire les courses ou encore aller chercher ses enfants.

Comment fonctionne le projet techniquement ?

Habituellement, les bornes de recharge en parking ne sont pas envisagées de manière globale. Les raccordements des particuliers se font alors au cas par cas. Les bornes n’ont pas de lien les unes avec les autres. Ce raccordement est appelé « en étoile » car une série de câbles individuels sans liens part de l’armoire de distribution pour arriver aux bornes de recharges.

L’approche de BienVEnu est au contraire globale et en réseau. Ainsi, un câble bus court sur tout ou partie du parking, ce qui permet ensuite de fournir une installation facilitée à qui le demande grâce à un raccord à perforation d’isolant. On désigne alors cette infrastructure sous le nom de « grappe de recharge ». Chaque borne sur le câble fait alors penser à un grain de raisin sur sa grappe.
De plus, un compteur communiquant en tête de grappe permet de piloter la charge des bornes, d’étudier les impacts des véhicules ou encore les courbes de charge. Un outil de mesure est ensuite présent dans chaque borne pour répartir les coûts.

Tronçon de câble bus et raccord à perforation d’isolant

Cette infrastructure de base est payée par le bailleur ou par la copropriété, avec une subvention de la région de 50% plafonné à 10 000€. L’achat et le raccordement des bornes à ce câble est lui du ressort du particulier avec l’aide de primes ADVENIR.

Le câble actuel est dimensionné pour supporter 40 véhicules. Si plus de véhicules devaient s’ajouter, il faudrait alors le changer pour passer à une section supérieure.

Quels sont les premiers résultats ?

Nous sommes à la moitié du projet temporellement mais seulement au début du déploiement sur le terrain. Les premiers retours des enquêtes psychosociologiques vont être intéressants pour notamment adapter de nouvelles offres différenciées selon les utilisations.

Une différence a néanmoins déjà pu être notée entre les types d’immeubles. Ainsi les copropriétés nécessitent un vote en assemblée générale parfois compliqué à obtenir. En effet ces votes sont généralement sur une vision court-termiste et approuvent alors des solutions non-évolutives. BienVEnu a alors du mal à se faire accepter, même si c’est un projet d’avenir. Ceci fait dire que sans une subvention associée, les choses seraient encore plus difficiles. Une fois acceptée par contre, la solution s’implante vite. Chez les bailleurs, la décision est plus facile, et c’est l’offre d’autopartage qui fonctionne le mieux, bien plus que celle des bornes pour voitures particulières.

Des briques de BienVEnu se retrouvent ailleurs chez les différents partenaires du consortium. Clem’ a pu enrichir sa plateforme de réservation avec un tout nouveau segment qu’est le résidentiel collectif existant. Park’n plug propose le câble de Nexans pour des parkings d’entreprises, publics ou encore pour du neuf.

Quelles offres sont proposées ?

Dans le cadre du projet, quand l’infrastructure est installée, BienVEnu met de base 2 véhicules en autopartage. Néanmoins il est également possible pour un propriétaire de véhicule électrique de le mettre à disposition en autopartage peer-to-peer sur la plateforme de BienVEnu, ce qui lui garantit une supervision. Pour autant le propriétaire garde la priorité sur l’utilisation de son propre véhicule.

L’utilisateur dispose d’une visibilité à 3 niveaux sur la disponibilité d’un véhicule :

\ Sur la boîte à clés directement,

\ Depuis son ordinateur, la réservation permet ensuite d’avoir un code d’accès sur un créneau horaire,

\ Depuis son smartphone, au travers d’une application dédiée.

L’état de la charge est estimé selon la distance parcourue. Ainsi lorsque le potentiel utilisateur renseigne son besoin de trajet, seules les voitures suffisamment chargées lui sont proposées.

La recharge et l’utilisation du véhicule sont coordonnés de manière intelligente

De plus, plusieurs types de recharges sont proposés, choisis par le client en début de contrat, en particulier une premium et une éco. Le client premium est rechargé dès qu’il se branche, c’est le cas notamment des voitures en autopartage. Avec l’offre éco, le client accepte d’attendre une période creuse pour se faire recharger.

Comment envisagez-vous le futur de BienVEnu ?

BienVEnu s’arrêtera en septembre 2018. A l’issue de ce projet, des éléments pour un livre vert seront mis à disposition. Y seront présentées les différentes orientations et préconisations, tant dans le neuf que l’existant, et ce quelle que soit la région, comme un catalogue des choses possibles.

Le neuf fera certainement décoller ce genre de projet, en effet une telle installation est une valorisation foncière sur le long terme. De plus, un décret paru en juillet 2016 impose un pré-équipement dans la construction neuve, associé à une pré-réservation de la puissance pour un certain pourcentage des places de parking. L’expérience BienVEnu permettra de conseiller ces pré-réservations et de proposer des solutions d’optimisation et de recharge intelligente.

De nombreuses collectivités avaient aussi manifesté leur intérêt face à une solution typée BienVEnu. Les parkings publics sont donc un axe de développement certain.

Il pourrait aussi y avoir des offres à tiroirs, adaptées à tous. Elles seraient distinctes en bailleurs et copropriétés, mais aussi adaptées selon les besoins des particuliers. Ainsi pourquoi ne pas envisager des offres week-end, des tarifs réduits pendant les périodes où le véhicule est peu utilisé ? Le tout sera de trouver le bon modèle de rentabilité pour faciliter le développement et l’adhésion.

D’un point de vue énergétique, il n’est pas impossible que ce type de projet contribue à de l’effacement de consommation. Des envois d’ordre en CPL sont déjà testés et pourraient être utilisés pour différer la charge en cas de limite de capacité du transformateur, afin d’éviter un délestage.

BienVEnu aura défriché le domaine, et il ne fait aucun doute que le projet aura des petits. L’intérêt qui lui est porté et la visibilité à l’externe qui est la sienne sont très encourageants.

Ainsi, BienVEnu a remporté le Grid Intelligence Award lors de l’European Utility Week en 2016, couvert par EnergyStream, et le Grand Prix du Jury lors de la deuxième édition des Trophées de la Transition Energétique de l’Usine Nouvelle. De plus il a été sélectionné comme l’un des 100 projets pour le climat et a été reçu par le Président de la République pour l’anniversaire de la loi Transition Energétique.