Ça y est, le projet évoqué pour la première fois en 1998 et déclaré d’utilité publique en 2008 est enfin sur les rails. Le lancement des travaux étant prévu pour début 2018, c’est à partir de 2023, pile à temps pour les JO 2024 à Paris, que vous pourrez rallier l’aéroport Charles de Gaulle à partir de la Gare de l’Est en seulement 20 minutes.

Rejoindre l’aéroport Charles de Gaulle en toute sérénité

A l’image des grandes capitales telles que New York, Stockholm, Londres, Rome ou Hong Kong, Paris va se doter d’une liaison directe de 32 kilomètres avec son principal aéroport. Le CDG Express offrira un trajet rapide, simple et confortable aux passagers en provenance et à destination de la première porte d’entrée en France qui a accueilli près de 66 millions de passagers en 2016 et verra ce nombre avoisiner les 80 millions en 2025 !

Tout au long de l’année, entre 5h00 et minuit, un train direct partira tous les quarts d’heure de la Gare de l’Est pour rejoindre Roissy en 20 minutes. Cela représente une nette amélioration par rapport au temps nécessaire aujourd’hui pour s’y rendre.

Le CDG Express proposera un haut niveau de service pour les passagers comme des informations sur les vols, des informations touristiques, de grands espaces pour les bagages mais aussi un accès Wi-Fi ainsi que des prises pour recharger les appareils électroniques. Des quais seront spécialement aménagés pour le CDG Express à la Gare de l’Est et à l’aéroport permettant d’accéder à des informations sur les vols. Ainsi, ces aménagements visent à assurer aux passagers aériens un confort qu’ils ne retrouvent pas dans d’autres moyens de transport, notamment le RER, qui est optimisé pour le transport quotidien des franciliens.

Un projet complexe à réaliser

Sur les 32 kilomètres de voies qu’empruntera le CDG Express, 8 kilomètres sont à créer entre Mitry-Mory et l’aéroport. Un souterrain devra aussi être construit pour relier la Gare de l’Est au faisceau nord des voies. Les 24 kilomètres de voies existantes sont aujourd’hui empruntées par le transilien K et le TER Paris-Laon.

Le budget pour le projet est estimé entre 1,4 et 1,6 milliard d’euros. L’Etat français versera une aide, autorisée par la Commission Européenne le 26 juin 2017, d’un montant de 1,32 milliard d’euros à la société constituée par SNCF Réseau et Aéroports de Paris (ADP), chargée de la construction de cet ouvrage.

Cet investissement sera en partie financé par les recettes liées à la billetterie. Le prix pour un trajet à bord du CDG Express devrait s’élever à 24€ en 2023. Ce tarif peut sembler élevé, surtout comparé au prix d’un billet de RER estimé à 12€ en 2023, mais il reste dans la moyenne des prix des lignes ferroviaires directes des aéroports des grandes villes européennes.

Cependant, les ressources financières tirées de la vente de billets pourraient ne pas être suffisantes pour assurer la viabilité du projet. En ce sens, Augustin de Romanet (PDG du Groupe ADP), précise qu’à partir de 2024, une taxe sera prélevée sur le prix des billets des passagers (entre 1,10 € et 1,40 €) à l’arrivée ou au départ de l’aéroport Charles de Gaulle. Celle-ci ne concernera ni les passagers en correspondance à CDG ni ceux transitant par l’aéroport d’Orly.

Ainsi, avec la confirmation de la tenue des Jeux Olympiques à Paris en 2024, le CDG Express se voudra le fleuron de la capitale et de ses transports en commun, procurant à tous ses visiteurs une expérience fluide et agréable, au niveau des prestations rencontrées dans les plus grandes capitales mondiales et européennes.

 

Sources :
www.cdgexpress.com
Le Parisien
La Tribune