En octobre 2019, le Groupe ADP a lancé la 3e édition du concours d’Open-innovation Play Your Airport avec l’appui d’une équipe de consultants Wavestone. Cette édition était consacrée aux idées innovantes en matière de transport de marchandises (autrement dit le fret aérien). La finale s’est tenue le 6 février dernier et a permis aux finalistes de présenter leur projet à des jurés reconnus et experts en la matière. Revenons sur les motivations du challenge, les enjeux soulevés et les idées qui ont marqué le jury.

Pourquoi un challenge sur le fret aérien ?

Inaugurée en 1974 lors de l’ouverture de l’aéroport Paris-Charles De Gaulle, la zone de fret n’a cessé de croître au fil des ans au rythme du trafic aérien. Avec 2,2 millions de tonnes de fret et de courrier traités en 2018, l’aéroport se classe au 14ème rang au niveau mondial et au second au niveau européen pour le fret, selon l’ACI (Airport Council International).

Si de nouveaux programmes immobiliers et de nombreux travaux d’amélioration et de rénovation ont déjà permis à cette zone de s’adapter aux besoins des professionnels, la plupart des infrastructures nécessitent encore d’être optimisées. Sa situation géographique éloignée par rapport aux nouveaux terminaux passagers a augmenté les temps d’acheminement du fret des magasins vers les avions, puisque désormais 60% du fret est embarqué en soute des avions transportant des passagers (source : https://challengecargo.groupeadp.fr/).

 Le Groupe ADP a ainsi pour objectif de rester parmi les leaders européens du fret aérien ainsi qu’en matière d’innovation en proposant des solutions toujours plus novatrices pour répondre aux problématiques de ses clients.

Pour cette raison, le Groupe ADP a souhaité ouvrir ce challenge à trois catégories de participants : les étudiants, les collaborateurs de la zone de fret de l’aéroport de Paris-Charles De Gaulle, et les start-up.

Les thématiques du challenge

Les thématiques identifiées ciblent des attentes fortes exprimées par l’ensemble des parties prenantes de la chaîne logistique, qu’il s’agisse des opérateurs de fret (transitaires, commissionnaires, assistance en escale, etc.), des services de l’Etat, des compagnies aériennes, mais également des exportateurs ou importateurs.

Parmi ces thématiques, nous retrouvons :

  • La réduction du temps de traitement des marchandises, qui représente un élément clé de la compétitivité d’un aéroport en matière de transport de marchandises
  • Le respect de la chaîne du froid et des règles de sécurité des opérations permettant de garantir l’intégrité des produits (notamment les produitsthermosensibles comme les médicaments, les produits frais et périssables, etc.) et de la chaîne logistique
  • La digitalisation des processus et des supports, de manière à optimiser et fiabiliser les opérations (préparation des conteneurs par avion, acheminement jusqu’à l’avion, chargement/déchargement, préparation des documents douaniers, etc.)
  • Le stationnement des équipements en piste, de sorte à s’assurer du respect des règles en matière de stationnement et permettre d’accroître l’efficacité opérationnelle et réduire les risques
  • La traçabilité des marchandises et du matériel, qui constitue là aussi un élément clé pour optimiser les opérations
  • Les emprunts et la gestion des matériels, puisque bien souvent, on constate que des tiers utilisent des équipements ne leur appartenant pas. Le véritable propriétaire du matériel est alors pénalisé par son indisponibilité, par une usure dont il n’est pas responsable, ainsi que par l’absence de connaissance de sa localisation précise après usage par le tiers.
  • L’environnement de travail, comme levier d’accroissement de la productivité des collaborateurs en mettant en place notamment des solutions innovantes

Le récapitulatif des idées gagnantes par catégorie

Les projets ont été évalués sur la base de différents critères tels que la contribution à l’efficacité des opérations et à l’attractivité de la plateforme (respectivement 40% et 30% de la note globale), la faisabilité technique et financière (20% de la note globale) et l’impact environnemental (10% de la note globale).

Du côté des start-up, c’est la solution proposée par Orok qui a le plus séduit le jury. Cette jeune start-up propose des véhicules autonomes permettant d’automatiser le traitement de l’avion sur le tarmac de l’aéroport.

La technologie consiste en une base roulante, électrique, modulaire et coordonnée par une Intelligence Artificielle qui permet d’adresser plusieurs cas d’usages : le transport de bagages et de marchandises, le catering (approvisionnement en biens matériels des avions), le dégivrage, et le déneigement des infrastructures.

La solution de supervision permet de piloter la flotte de véhicules sur l’ensemble de l’aéroport grâce à différentes fonctionnalités :

  • Gestion de la flotte : traçabilité des véhicules en temps réel permettant d’avoir une meilleure visibilité des opérations en cours.
  • Calcul et affectation des missions : capacité à optimiser les flux logistiques (en dimensionnant le nombre de robots nécessaires, à un instant T et dans un lieu donné). Cette fonctionnalité permet un gain de temps sur les trajets et une amélioration du taux d’utilisation du matériel.
  • Remontée et analyse de données : permettant d’améliorer la gestion de la flotte et des flux.

Enfin, les agents sur le terrain sont équipés d’applications permettant une meilleure interaction avec le matériel et une meilleure communication entre eux.

Parmi les nombreux bénéfices apportés par cette solution, nous pouvons retenir l’optimisation des opérations, des gains logistiques (introduction de flux tendus permettant d’ajuster au mieux les opérations et l’utilisation du matériel en piste ), davantage de fiabilité (grâce à l’IA), une flotte plus verte car électrique ou encore la suppression des problèmes d’attelage/désattelage.

L’équipe gagnante de la catégorie « collaborateurs de la zone de fret » était constituée du Directeur Fret Aérien France de Ziegler (spécialisé dans le transport et la logistique) et d’un membre du Groupe ADP responsable du développement de projets immobiliers sur la plate-forme.

Le duo a proposé le projet « Community » qui consiste en une navette électrique connectée et partagée afin de mutualiser, optimiser et tracer les flux documentaires nécessaires au transport de marchandises (les Lettres de Transport Aérien et documents douaniers) pour les 220 commissionnaires en transport présents sur la zone Cargo de l’Aéroport Paris-Charles De Gaulle (actuellement chaque commissionnaire dispose de ses propres coursiers, équipés de véhicules diesel pour réaliser ces opérations).

Cette solution préconise l’utilisation d’un système de 3 navettes électriques mises à disposition sur la zone de fret de l’aéroport et avec des zones de recouvrement définies. Ces navettes, équipées d’un système de dépôt et de retrait par commissionnaire, circuleront sur un circuit dédié et disposeront d’un système de géolocalisation afin d’assurer la traçabilité des véhicules. L’objectif est de mutualiser et optimiser les besoins en matière de remise et enlèvement de documents physiques officiels nécessaires au transport de marchandises, à des fins de gain de temps, d’accroissement de la productivité et de l’efficacité opérationnelle. Cette solution contribuera également à réduire les coûts de la flotte de coursiers pour chaque acteur du fret et à une baisse des émissions de CO2.

Enfin, l’équipe gagnante de la catégorie « Etudiants », composée de 4 étudiants en dernière année d’école d’ingénieur (Supméca Paris), a proposé le projet « Continuous Improvement ». Cette solution se base sur le principe du lean management [1] qui repose sur l’amélioration continue de sorte à accroître la productivité des entreprises d’assistance en escale.

Les axes d’amélioration s’articulent autour de :

  • L’environnement de travail
  • Les systèmes d’informations dans les process de la zone cargo

Concernant l’environnement de travail, l’enjeu est triple :

  • Optimisation des processus pour une meilleure performance opérationnelle
  • Amélioration des conditions de travail des équipes de sorte à simplifier, standardiser et automatiser les tâches
  • In fine, l’amélioration de la qualité globale et de la satisfaction client

Pour cela, l’équipe gagnante préconise de mettre en place un chantier 5S [2] qui repose sur 5 principes :

  • Débarrasser : pour mieux visualiser l’espace de stockage utilisé par les objets inutiles
  • Ranger : afin d’optimiser et repenser l’espace de travail et éviter les accidents du travail (par exemple une chute d’un collaborateur provoquée par la présence d’un objet non rangé)
  • Nettoyer : afin de tenir propre la zone de travail
  • Standardiser : en mettant à disposition du matériel facilitant le rangement et/ou l’accès aux outils pour les opérateurs
  • Pérenniser : par la mise en place d’une démarche d’amélioration continue. Une boîte à idées serait mise à disposition pour que les collaborateurs puissent librement (et de manière anonyme) proposer des idées pour améliorer l’espace de travail.

A cela s’ajoute la volonté d’améliorer le flux d’informations en positionnant, d’une part, des écrans diffusant des informations en temps réel sur le traitement de l’avion dans les zones adéquates, et d’autre part, en mettant à disposition des collaborateurs des tablettes afin qu’ils puissent remplir et consulter en temps réel le plan de chargement. En plus des écrans, un système lumineux et dynamique au sol viendrait renforcer et guider les collaborateurs pour la préparation du chargement des avions en cours et à venir. Par exemple : une commande qui doit partir le plus vite possible vers un avion aura un tracé lumineux rouge.

Ces projets témoignent ainsi des enjeux et défis à venir pour le fret aérien en matière d’autonomisation, de digitalisation et d’optimisation des processus et des opérations.

 

[1] Le lean, cherche non pas à réduire mais bien à éliminer tout ce qui est inutile au sein du processus, comme les temps d’attente qui nuisent à la fluidité. Source : https://www.piloter.org/six-sigma/lean-management.htm

[2] 5S : Technique de gestion japonaise visant à l’amélioration continue des tâches effectuées dans les entreprises. Seiri (supprimer l’inutile), Seiton (situer les choses), Seiso (faire scintiller), Seiketsu (standardiser les règles), Shitsuke (suivre et progresser). Source : https://www.manager-go.com/management-de-la-qualite/methode-5s.htm