Le “Smart” entraîne une révolution dans le transport maritime avec le smart container qui se développe depuis quelques années. Il s’agit d’un conteneur connecté qui utilise des technologies permettant de suivre la “vie du conteneur”. A l’aide d’un boîtier rempli de capteurs, ces technologies permettent en temps réel d’identifier à distance, et à tous points du périple (aussi bien en haute mer que dans un port de transit) la localisation précise du conteneur, sa température, son taux d’humidité, le niveau de vibration ou encore les ouvertures de portes.

A quoi sert de connecter les conteneurs ?

Aujourd’hui, 80% du volume de marchandises échangées dans le monde transite par voie maritime. On compte au global 35 millions de conteneurs maritimes. Or selon l’ONU, un tiers des aliments produits dans le monde pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé, sachant qu’une part significative de ces pertes est due à une perte de qualité des aliments frais pendant le transport à cause des changements de températures dans les conteneurs réfrigérés.

Boîtier de connexion du conteneur « Trax-Box », Source : Traxens

Le smart container est une solution pour réduire ce gaspillage en détectant précisément les lieux et le moment où la chaîne du frais aurait été rompue. Il permet également de générer un grand nombre de données. Celles-ci peuvent être stratégiques, aussi bien pour les armateurs, transporteurs, logisticiens que pour les industriels, afin de réduire le nombre d’incidents, d’anticiper la gestion des imprévus ou anomalies, d’optimiser la gestion des stocks et de réduire les coûts de transports. Cette solution donne une vue d’ensemble sur toute l’activité du transport, et complète la chaîne digitale d’approvisionnement. Aussi le smart container peut devenir un élément discriminant dans le choix d’une compagnie maritime par un client.  Voilà pourquoi dès 2015, de grandes compagnies maritimes comme le français CMA CGM, 3ème transporteur mondial de conteneurs, ou le chinois SITC International holding, leader sur les lignes intra-asiatiques, ont investi dans des startups comme Traxens ou Loginno. CMA CGM a équipé en 2015 son navire-amiral le CMA CGM BOUGAINVILLE et ses 18 000 conteneurs, de la technologie Traxens. Plus récemment, en 2016, le suisse MSC, 2ème transporteur mondial, a rejoint CMA CGM dans le capital de Traxens, pour à terme équiper également sa flotte. De même courant 2016, le leader mondial danois Maresk a développé une solution équivalente de « Remote Container Management ».

Comment fonctionne le conteneur connecté ?

Cette technologie vise à rassembler les données, les stocker, les transmettre dans des conditions parfois extrêmes, à un coût attractif, et de manière entièrement sécurisée. La start up marseillaise Traxens a relevé ce défi, en partenariat avec l’INRIA Lille, en concentrant ses efforts sur la cryptographie, les technologies réseaux, et l’optimisation de l’énergie. Aussi elle a créé une Trax-Box qui est fixée sur le conteneur. Cette box communique à un relais placé sur le bateau ou dans un port. Les informations sont alors transmises par satellite ou par réseau GSM au Trax-Hub qui regroupe les serveurs gérés par Traxens pour traiter et diffuser les données aux clients sur smartphone, tablette ou ordinateur.

Source : Maersk

Une des grandes innovations proposées dans ce dispositif est la mise en place d’un “réseau maillé multisaut” baptisé Trax-Net. Comme l’explique Natale Guzzo, Ingénieur R&D chez Traxens, il permet aux Trax-Box “de communiquer entre elles via un réseau radio très basse consommation, et élire elles-mêmes plusieurs fois par jour celles qui feront office de têtes de réseau, en fonction de l’état de leur batterie et de leur position vis à vis du signal GSM ou satellite”. Cela permet ainsi d’améliorer la durée de vie des Trax-Box, qui atteint au minimum trois ans.

Quels enjeux pour le transport maritime et le transport en général ?

Trax-Box installé sur un conteneur frigorifique, Source : Traxens

L’Internet of things (IoT) est donc en marche dans le transport maritime également. Il apporte des fonctionnalités nouvelles qui permettront aux acteurs du transport maritime d’améliorer la gestion des chaines d’approvisionnement, limiter le temps perdu, et faire des économies. C’est pourquoi plusieurs entreprises comme la startup israélienne Loginno, ou danoise Globe Tracker, travaillent également sur ce sujet. Les enjeux pour un développement potentiel sur les 35 millions de conteneurs en circulation sont multiples :

  • Le premier enjeu est d’établir un modèle économique équilibré, avec une prise en charge des coûts aussi bien par les transporteurs que leurs clients,
  • Le deuxième est d’apporter des solutions qui permettront de réduire encore les coûts d’installation et de maintenance de ces boîtiers connectés,
  • Le troisième enjeu est enfin de généraliser ce système au transport multimodal, comme Traxens commence à faire auprès de la SNCF, pour permettre de suivre le conteneur également sur les trains, les péniches ou les camions.