Depuis maintenant quelques temps, de nombreux mouvements et initiatives citoyens comme le « flygskam » (« honte de prendre l’avion » en suédois) pointent du doigt le secteur aérien, reprochant à ses acteurs leur manque d’actions vis-à-vis des problématiques écologiques engendrées par leurs activités.

Responsable de 2 à 3% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, le secteur aérien voit son trafic croître en moyenne de 6% par an. Certaines associations, comme Réseau Action Climat, demandent la mise en place de taxes beaucoup plus pénalisantes. Même si le corps même de l’activité aéronautique réside dans la consommation de kérosène et le rejet de particules dans l’air, les avancées technologiques et les prises de conscience permettent d’imaginer un futur plus vert pour le transport aérien.

Quels sont les moyens et les actions mis en œuvre par les différents acteurs du secteur aérien afin d’intégrer les enjeux écologiques, et de diminuer les impacts sur l’environnement ?

Des avions toujours plus performants

Depuis l’essor et la démocratisation du transport aérien vers les années 80, on observe des avancées technologiques de la part des constructeurs aériens afin d’optimiser la consommation de carburant des différents appareils. Même si ces améliorations étaient essentiellement orientées vers des objectifs économiques (moins consommer pour moins dépenser), la variable environnementale fait depuis quelques années son apparition dans les discours de certains leaders du secteur aérien. Pour illustration, Air France a vu son trafic croître de 30% entre 2005 et 2018, mais a diminué ses émissions de CO2 de 7%. La sortie de flotte d’appareils gourmands en kérosène, notamment des quadriréacteurs (Boeing 747, qui consomme en moyenne 3,6L de kérosène au 100km par passager), et l’apparition de nouveaux appareils économisant jusqu’à 20% de carburant (A350, Boeing 787) peuvent expliquer cette relation inverse.

Le Flying-V, nouveau projet de KLM

Récemment, la compagnie hollandaise KLM a annoncé soutenir un projet extrêmement novateur et prometteur : le Flying-V. Cet appareil, imaginé par un étudiant de l’Université technique de Berlin et repris par des chercheurs néerlandais, a rapidement reçu le soutien financier de KLM. Intriguant par sa forme si différente des avions de ligne habituels, le Flying-V permettrait d’économiser jusqu’à 20% de carburant par rapport à un appareil long-courrier actuel. Sa potentielle réalisation ne se fera cependant pas avant 2040.

Les compagnies aériennes font évoluer leurs pratiques

A l’image de la compagnie aérienne portugaise HiFly, spécialisée dans l’affrêtement, les compagnies tendent vers le bannissement du plastique à usage unique à bord de leurs appareils.

Ainsi, en décembre 2018, HiFly a annoncé par l’intermédiaire de son président Paulo Mirpuri avoir pour ambition de faire de la compagnie portugaise la première compagnie aérienne « sans plastique » au monde. Pour économiser jusqu’à 350kg de plastique pour les 4 vols d’essais, la compagnie a eu recours à des matériaux comme le bambou, ou l’amidon de maïs par exemple.

Air France, compagnie positionnée sur le bio-carburant

Ces actions deviennent de plus en plus courantes au sein des compagnies aériennes, et notamment chez Air France. A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, Anne Rigail, Directrice Générale de la compagnie nationale française, a annoncé la fin du plastique à usage unique d’ici la fin de l’année 2019.

Les compagnies aériennes peuvent aussi avoir recours à des bio-carburants, ou également aller jusqu’à modifier les pratiques de pilotage. Transavia (filiale low-cost du groupe Air France-KLM), a annoncé avoir signé un partenariat avec Open Airlines et Safetyline, afin d’analyser les données dans le but de réduire la consommation de carburant dans les phases de roulage, de décollage et d’atterrissage.

Les aéroports, également impliqués

Maillon essentiel de la chaîne du transport aérien, les gestionnaires aéroportuaires ont également pris les devants pour proposer des réponses aux enjeux environnementaux.

A partir de 2021, les travaux relatifs au terminal 4 de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle vont voir le jour. Le groupe ADP a donc décidé d’accentuer sur le caractère éco-responsable du futur bâtiment. Ainsi, l’architecture sera conçue afin de laisser pénétrer un maximum d’air et de lumière, pour limiter les consommations d’énergie. L’intégration de zones de biodiversité permettra de dégager un environnement respiratoire qualitatif, et de limiter l’écoulement des eaux. Nous parlons évidemment ici d’actions futures, mais des mesures sont actuellement prises : par exemple pour électrifier la flotte des véhicules de piste (pour les opérations de repoussage notamment).

L’aéroport écologique de Seymour, au cœur des îles Galapagos

Dans une moindre mesure cette fois, un aéroport 100% écologique a vu le jour dans les îles Galapagos. Même si cela est rendu possible par un trafic beaucoup moins intense (400 000 passagers par an) que celui des grands aéroports des métropoles, certaines idées sont à conserver et à approfondir comme par exemple : un fonctionnement complet aux énergies renouvelables et des actions pour préserver les réserves naturelles.

 

Les mesures décidées par les différents acteurs du trafic aérien soulignent la prise en compte des enjeux environnementaux. Alors que le trafic aérien croît en moyenne de 6% par an, on peut imaginer limiter l’empreinte écologique du secteur aérien grâce aux avancées technologiques d’une part, mais également grâce aux initiatives des compagnies aériennes qui auront un rôle majeur dans cette transition. Il est donc essentiel, pour chacun des différents acteurs, d’innover, de proposer et de faire preuve de créativité pour repenser les modes de fonctionnement du trafic aérien, afin d’en limiter les effets néfastes sur l’environnement.

 

 

Sources :

https://www.courrierinternational.com/article/transport-le-flygskam-la-honte-de-prendre-lavion-frappe-de-plus-en-plus-dexpats

https://reseauactionclimat.org

https://www.challenges.fr/entreprise/pilotage-plastique-air-france-klm-veut-verdir-son-image_657164

https://www.air-journal.fr/2019-06-09-flying-v-un-projet-davion-futuriste-soutenu-par-klm-photo-5212963.html

https://www.geo.fr/environnement/une-compagnie-aerienne-realise-le-premier-vol-sans-plastique-a-usage-unique-194189

https://terminal4-cdg.groupeadp.fr/