TransportShaker

Le blog Transport des consultants de Wavestone

Liaisons aéroports – centres-villes : être accessible pour être attractif ?

L’offre aérienne low-cost semble modifier le comportement des voyageurs à bien des égards. Alors que le coût du billet d’avion constituait l’élément crucial pour calculer son budget, il s’agit désormais de comparer les coûts de transport de bout-en-bout. Le tarif de la liaison entre domicile et aéroport constitue aujourd’hui un élément non négligeable dans l’achat du voyage. Un coût qui peut faire la différence entre deux métropoles en balance.

Comment mieux connecter nos villes à leurs aéroports pour renforcer leur accessibilité ?

Une offre extrêmement variée et inégale

À première vue, l’offre pour assurer la liaison entre aéroports et centres villes apparaît extrêmement contrastée selon les métropoles, tant au niveau des modes de transport que du nombre d’alternatives possibles.

Les passagers qui décollent depuis les sites à fort trafic bénéficient d’un large éventail de possibilités. Ils peuvent opter pour les transports collectifs : le rail (tramway, train voire métro express type BART à San Francisco) ou le bus (RATP Roissy Bus, cars Air France à Paris par exemple). Ils peuvent aussi se tourner vers les navettes minibus, à l’instar d’EasyBus au Royaume-Uni. Les voyageurs peuvent également choisir le transport individuel pour effacer la contrainte du dernier kilomètre ; hormis les voitures particulières, les traditionnels taxis ou les VTC permettent également de rejoindre l’aéroport.

Il leur est aussi possible d’emprunter les modes « hybrides », comme le covoiturage ou le taxi partagé. Des alternatives en pleine expansion lorsque l’offre de transport est particulièrement réduite. C’est par exemple le cas à Lyon Saint Exupéry où l’aéroport n’est ainsi desservi que par un tramway pour lequel le prix d’un trajet est bien supérieur à un ticket en zone urbaine.

La généralisation des compagnies low-cost favorise par ailleurs l’essor de navettes reliant les métropoles à des aéroports particulièrement isolés. Ces aéroports, peu utilisés jusqu’à récemment, ont vu leur fréquentation exploser. Une aubaine pour de nouveaux entrants, avec le site de Beauvais situé à 80km de Paris par exemple.

Le prix du pré (ou post) acheminement constitue l’un des principaux facteurs de différenciation entre les différents aéroports, en particulier dans le transport collectif. Ainsi, le trajet ne coûtera que 1,50€ en bus pour un Bordelais alors qu’un Lyonnais devra débourser plus de 15€ en tramway.

Le choix du mode de transport dépend des usages et des attentes

Mais le tarif proposé ne représente pas l’unique critère dans le choix du mode de transport. Rapidité, ponctualité, fiabilité, confort ou horaire constituent les éléments clés dans la réflexion des voyageurs.

Les hommes d’affaires pressés privilégieront probablement le taxi pour accéder à l’aéroport considérant particulièrement le temps de trajet et le confort pour accéder à l’aéroport. Un groupe d’étudiants portera généralement davantage son choix sur les transports en commun, certes un peu bondés aux heures de pointe, mais moins douloureux pour leur porte-monnaie.

Une famille plutôt chargée pourrait emprunter quant à elle un bus-navette (comme le « Roissy Bus » ou « Orly bus » à Paris) pour un vol tôt le matin, profitant de compartiments à bagages dédiés, d’un trafic fluide à un horaire matinal et d’un tarif raisonnable (notamment grâce au récent dézonage du Pass Navigo). Cette solution combinant plusieurs atouts.

Segmentation liaisons aéroports / centres-villes

Cette segmentation des modes de transport en fonction des profils et des usages est à l’origine de la création de nouvelles offres de services, précédemment citées. WeCab, solution de taxi partagé, allie le confort d’un véhicule individuel à un tarif raisonnable. C’est finalement la combinaison des bénéfices attendus (et du niveau de prix) qui détermine le mode de transport choisi.

Certaines initiatives peuvent également orienter le choix des voyageurs. À titre d’exemple, Finnair offre à ses passagers « affaires» le parking avec voiturier ou le transfert avec chauffeur pour ses vols depuis Roissy CDG.

Mais les enjeux liés à l’accessibilité des aéroports vont bien au-delà de l’expérience voyageur.

Quels enjeux autour des liaisons aéroports – centres-villes ?

La liaison aéroport – centre-ville constitue sans conteste l’un des premiers contacts avec le pays pour les touristes. L’offre de transport associée constitue donc un enjeu fort pour valoriser l’image de la ville et éviter tout bouche-à-oreille négatif.

Les métropoles aux fortes ambitions touristiques se doivent donc de proposer une offre adaptée. Le projet CGD Express constitue une solution complémentaire pour atteindre cet objectif, sur le modèle de grandes capitales comme Londres, Oslo, Moscou ou Tokyo. Le train proposera un accès rapide (20 minutes) et direct à l’aéroport depuis la Gare de l’Est à Paris, avec un niveau de service supérieur à celui des autres offres de transport.

Il s’agit là d’une initiative pour rattraper le retard acquis face à des villes comme Rome. La capitale italienne propose en effet une liaison rapide et directe pour rejoindre le centre : un train dont le départ s’effectue sur une plateforme dédiée, à heure fixe, toutes les vingt minutes.

En allant plus loin,  le temps de trajet entre aéroport et centre-ville constitue également un facteur d’attractivité non négligeable pour les compagnies aériennes. En effet, le faible niveau d’accessibilité d’un aéroport peut inciter les voyageurs à choisir le rail aux dépens de l’aérien, si l’on raisonne en temps de transport « tout compris ». Ainsi, alors que la mise en service de la LGV Paris-Bordeaux en 2017 pourrait engendrer un déport de 80% du trafic aérien vers le TGV, une navette express (plus rapide que le bus actuellement en circulation) vers ou depuis l’aéroport de Mérignac permettrait-elle d’endiguer le phénomène ?

Le secret de l’accessibilité semble donc résider dans la construction d’une offre de service équilibrée par les autorités organisatrices du transport : la possibilité de réaliser des trajets longs mais économiques ou le choix d’emprunter des modes de transports rapides mais plus onéreux. Dans l’élaboration et la gestion de cette palette d’offres, rentabilité et attractivité (économique, touristique…) seront à coup-sûr des critères de priorisation incontournables.

Amélie Vollier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.