Le concept de Smart City, apparu pour la première fois il y a presque 20 ans, représente aujourd’hui un enjeu stratégique important dans le développement des villes du monde entier. Il est en effet urgent de se préparer aux défis de l’urbanisation que sont la surpopulation, le changement climatique, et l’épuisement des ressources.

Une autre notion, introduite dans les années 80, vise elle aussi à répondre à ces enjeux, en promouvant l’idée que les sociétés humaines doivent vivre et répondre à leurs besoins, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. On parle alors de développement durable.

Ainsi, serait-il possible de lier ces deux notions ? Qu’est-ce que le développement durable signifierait alors pour la Smart City ? Quels seraient les principaux contributeurs et moteurs de la durabilité dans le contexte urbain ?

Le concept de la Smart City

Il existe aujourd’hui autant de définitions que d’initiatives autour du concept de la Smart City. Nous vous proposons ici, une vision et une définition de ce concept tel que nous nous l’imaginons.

Selon Antoine Picon, architecte, ingénieur et enseignant à Harvard, la Smart City est “une ville plus efficace grâce à l’apport des TIC (technologie de l’information et de la communication), qui permettent de mieux gérer les infrastructures, les déplacements… C’est une ville plus durable du point de vue environnemental, avec une convergence entre Smart City et Green City. Et c’est une ville pleine de vie, avec un volet sensoriel et politique très présent”. En bref, le concept de Smart City désigne avant tout un modèle de développement urbain qui doit répondre à l’évolution ou à l’émergence des besoins des institutions, des entreprises et des citoyens, tant sur le plan économique, social ou environnemental. 

Afin d’améliorer l’environnement urbain, la Smart city doit donc répondre à plusieurs enjeux :

  • Mieux gérer les infrastructures, les ressources et la mobilité grâce à une utilisation accrue des TIC : plus communicantes, adaptables, durables, efficaces et optimisées
  • Préserver l’environnement en réduisant son impact
  • Inclure les citoyens au cœur des aménagements et des décisions : le concept de Smart City ne se résume pas qu’aux nouvelles technologies disponibles pour la gestion de l’espace urbain. Il se doit avant tout de créer un lien entre l’Homme et la Cité. Par exemple, dans le transport et la mobilité intelligente, la ville offre aux citadins des solutions répondant à l’ensemble de leurs besoins, afin de proposer en temps réel la réponse la plus adaptée

On constate ainsi que les initiatives Smart City touchent une multitudes d’aspects de notre vie quotidienne, et doivent permettre la création d’un espace plus durable, sécurisé et socialement équitable pour l’ensemble des citoyens.

Nouvelles technologies : pas un but mais un moyen

Le développement de la Smart City se fera en partie grâce aux nouvelles technologies (Big Data, intelligence artificielle, capteur etc.). Véritables sources de données, elles permettront de mesurer et de faciliter l’accès aux informations nécessaires pour une gestion intelligente de l’espace urbain.

Cependant, il faut garder à l’esprit que ces technologies ne sont qu’un moyen de parvenir au modèle de Smart City, et non un but en soi. Ainsi, une ville technopôle ne sera pas forcément considérée comme une Smart City. 

Qu’est-ce que le développement durable ?

Le développement durable est un concept qui a émergé à la suite des crises écologiques et économiques du XXème siècle. Celui-ci a été rythmé par des chocs économiques (chocs pétroliers et hyperinflation) et des catastrophes écologiques (tel que le naufrage de l’Erika en 1999 ou la disparition d’espèces animales). On commence alors à prendre conscience de la limitation des ressources mais surtout, de la destruction de la planète engendrée par l’activité humaine.

Ces conséquences sont non seulement fatidiques pour la biodiversité, mais apportent aussi des effets négatifs sur les répartitions des ressources (augmentation des inégalités), notamment pour les générations futures. Les scientifiques et les économistes comment alors à chercher comment concilier la croissance économique avec la protection de l’environnement.

Emerge alors la définition du développement durable comme un “développement de la société qui permet de répondre aux besoins de la génération présente sans compromettre la réponse aux besoins des générations futures”. On promeut un système qui prend en compte des aspects sociaux, environnementaux et économiques. Dans les années 2000, la question de la gouvernance politique et géographique est ajoutée à la définition du développement durable.

Quels liens avec la SmartCity ?

De la Smart City découle plusieurs concepts tel que le SmartBuilding ou la Green City. Les enjeux des Smart City reposent sur les mêmes piliers que ceux du développement durable, c’est-à-dire la réduction des inégalités sociales, la viabilité économique et la protection de l’environnement. Une ville est donc véritablement smart si elle offre un environnement protégé et sain, et s’ancrent parfaitement dans le développement durable.

Smartcity et développement durable : des enjeux identiques

On peut donc aisément constater que ces deux concepts sont basés sur des défis identiques. Smart City comme développement durable cherchent à optimiser l’utilisation des ressources tout en préservant l’environnement et en assurant l’égalité sociale, notamment en ce qui concerne l’accès à la sécurité, l’éducation, l’information … 

Des exemples concrets de la Smart City en France

En France, cela fait plusieurs années que des collectivités territoriales s’essayent à la Smart City. Parmi les nombreux exemples de villes françaises ayant fait appel à des urbanistes et ingénieurs spécialisés, un exemple a particulièrement retenu notre attention : le quartier de Confluence, au sud de la ville de Lyon.

Le quartier de la Confluence (Lyon), modèle d’efficacité énergétique

Autrefois friche industrielle, le quartier de la Confluence situé au sud de la ville de Lyon est aujourd’hui une vitrine en matière d’efficacité énergétique. Sous l’impulsion du le Métropole du Grand Lyon et de Nedo, une agence japonaise de soutien à l’innovation, le quartier s’est métamorphosé depuis en quelque années, et compte aujourd’hui plusieurs innovations qui en font sa particularité :

  • Des immeubles à énergie positive : 12800m² de logements et bureaux qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment grâce à des panneaux photovoltaïques installés sur les toits et en façade
  • Un bâtiment à architecture bioclimatique : grâce aux nombreux capteurs mesurant la température, le niveau de CO2, la ventilation, l’éclairage ou encore la présence de personnes dans les pièces, l’énergie produite est ajustée dans les zones qui en ont le plus besoin
  • Une offre de mobilité électrique : à l’initiative de Toyota et Enedis, l’offre baptisée SunMoov utilise une énergie 100% verte
  • Et enfin l’installation de capteurs dans 275 logements qui permettent de piloter finement la consommation d’énergie et prendre les bonnes décisions futures afin les émissions de CO2.

Premier « quartier durable » selon WWF France

Le quartier de la Confluence est une application concrète des concepts de la Smart City détaillés plus en amont de cet article. Il regroupe les dimensions technologiques, environnementales, et sociales de la ville de demain.

Les choix architecturaux et technologiques mettent en avant l’aspect environnemental de la Smart City. Capteurs en tout genres, production d’énergie, sobriété énergétique… tout a été mis en œuvre pour que le quartier soit le moins impactant possible sur son environnement. Pour enfoncer le clou, un parc de 14 hectares et 3300 arbres est en cours de création.

Les nouveaux moyens de transport du quartier, autrefois enclavé, participent également à son essor. Par le prolongement du tramway T1, Confluence s’inscrit maintenant comme le prolongement du centre-ville de Lyon. La rénovation de la gare Lyon Perrache viendra confirmer cela. La mixité sociale au sein du quartier s’en verra favorisée.

De nombreux autres projets se développent dans les villes françaises. Ecole numérique, gestion de l’open data, e-administration, Smart Grids… Ce ne sont pas moins de 25 communes, métropoles ou communautés d’agglomérations françaises qui sont concernées.

Dans la Smart City de demain, la gestion des ressources sera simplifiée et maîtrisée par la ville, qui veillera de plus à répondre aux aspirations de ses citoyens en matière d’écologie et de développement durable. Ceci ouvre la porte à de multiples opportunités de projets et de gouvernance tel que le développement de l’économie circulaire ainsi que l’utilisation de l’intelligence artificielle et de la big data. 

Cependant, certaines villes s’autoproclament Smart City alors qu’elles multiplient les applications et autres technologies nouvelles. Cet empilement high tech non utilisé de façon optimale, ne s’inscrit pas dans le concept de Smart City et encore moins celui du développement durable : gare au simple argument marketing.