Quel est le point commun entre un féru de glisse, un vacancier bronzant dans son transat en terrasse d’altitude et un débutant agrippé à son tire-fesses ?

Et bien, avant de pouvoir fouler la poudreuse, vous devez avec brio remporter l’épreuve de rejoindre votre station ! Et vous en conviendrez, ce n’est pas une mince affaire. Passage obligé par les embouteillages, potentiellement accompagné d’un montage de vos chaines sur un col de montagne, ou bien se retrouver bloqué à la gare sans navette… Les raisons de vos tracas sont diverses.

Cela ne sera d’aucun réconfort, mais sachez que vous êtes nombreux à appréhender la route qui vous sépare des pistes, puisque la France, première destination mondiale pour le ski, pèse près de 100 millions de nuitées, dont la moitié sont des touristes étrangers.

Voici quelques idées à prendre pour aborder vos vacances avec sérénité.

Train, covoiturage, cars : l’offre s’enrichie et se diversifie

Qui dit covoiturage dit moins d’embouteillage… et des forfaits moins chers !

2014 a vu l’essor du covoiturage. Cette alternative prisée par les français va-t-elle percer sur le marché du tourisme d’hiver ? Les leaders du covoiturage, eux, y croient. Depuis quelques semaines, blablacar.fr et covoiturage.fr, les leaders du marché, ont mis en ligne un espace entièrement dédié aux vacances d’hiver. Des acteurs du ski ont aussi suivi la tendance à l’instar d’allmyski qui a mis en ligne le site skivoiturage.fr.

Ces initiatives privées sont encouragées par les stations. Un label Flocon vert a été créé pour récompenser l’engagement écologique des stations de montagne. La station de La Plagne, par exemple, fait glisser le forfait de ski de 46€ à 26€ pour les co-voitureurs et leur offre un accès prioritaire aux parkings.

Les acteurs s’organisent pour une meilleure visibilité de l’offre existante

Des sites pratiques ont fait leur apparition, comme MobiSavoie et Altibus pour trouver la meilleure solution de transport. Ils regroupent les services de transport existants, calculent des itinéraires et exposent les horaires, disponibilité et tarifs des offres. Ils peuvent vous proposer des solutions de bout-en-bout associant train et car, ou simplement des compléments de trajet jusqu’à votre station, depuis les grandes gares (Lyon, Grenoble, Aix en Provence…) ou via les grands aéroports (Lyon, Grenoble…). Vous pouvez également, quand cela est possible, acheter vos titres de transports en ligne. Ainsi, quand vous arrivez en gare, vous vous épargnez les files d’attente et vous dirigez directement vers les cars.

La SNCF aussi vous emmène au pied des pistes

Les transporteurs historiques se sont mis en ordre de bataille pour emmener à moindre coup les touristes vers les stations de ski. Pour les séduire, la SNCF mise sur le confort; en effet, comparée à des vacances à la plage où un simple maillot de bain et une serviette suffisent, la logistique d’une semaine au ski peut vite ressembler à un déménagement. Pour alléger les voyageurs, la SNCF propose jusqu’au 17 février la livraison des skis à votre station pour 1€ de plus.

D’autre part, pour séduire votre porte-monnaie, la SNCF propose une offre compétitive baptisée  IDneige, s’appuyant sur sa filiale IDTGV. Pour rappel IDTGV est une offre à coût optimisé (100% web et mobile) desservant 50 destinations. Le coup de génie consiste à s’appuyer sur les gares du réseau IDTGV et à compléter le trajet jusqu’à la station avec un voyage en car compris dans le prix du billet de train.

Le train : une alternative méconnue des touristes étrangers

Les étrangers représentent 50% des vacanciers rejoignant nos pistes, et une majeure partie d’entre eux sont originaires du Royaume-Uni et d’Irlande (selon une étude d’ODIT France – Observation, Développement et Ingénierie Touristique). Par conséquent, ils privilégient l’avion et la location de voiture une fois sur place. Quelles alternatives leur sont offertes ?

Le train est peu utilisé, perçu comme plus long que l’avion et en raison d’un manque d’information des touristes et des professionnels d’outre-Manche. Toutefois, cette alternative est très intéressante. En effet, le train est compétitif économiquement, avec des prix comparables à ceux de l’avion. Ensuite, pour briser le mythe du temps de trajet, Daniel Elkan, fondateur de snowcarbon, a mis au défi un ami journaliste de rejoindre les alpes depuis Londres plus rapidement en train qu’en avion… Défi relevé par le journaliste ! La preuve en image.

Afin d’aider les Anglo-Saxons à planifier leur voyage, l’association des maires des stations de montagne (ANMSM) en partenariat avec snowcarbon.co.uk a mis en place Journey planner. Cet outil informe et assiste les professionnels et les particuliers Anglais dans la réservation de leurs trains. Le site propose également de petites astuces et conseils très utiles aux voyageurs étrangers, comme en témoigne cette vidéo sur le changement de gare à Paris.

Eurostar encourage les Londoniens à prendre le train en proposant deux voyages par semaines de Londres jusqu’à la station de ski de Tarentaise.

Enfin, sachez que votre bilan carbone sera bien plus léger en train ! À titre de comparaison, un voyage Londres – Les deux Alpes affiche un bilan 333 kg eq. carb pour l’avion contre 41kg eq. carb pour le train.

Peut-on se passer de voiture une fois sur place ?

Une fois sur place, force est de constater que la voiture permet de se déplacer en toute autonomie au sein de la station. Pour proposer des alternatives, les stations souhaitent  favoriser le covoiturage également au sein de la station. Le site des 3 Vallées par exemple joue le rôle d’intermédiaire en aidant les skieurs qui souhaitent rallier les pistes de Courchevel, de Méribel, des Ménuires ou de Val Thorens à être mis en relation.

Une autre tendance forte de ces dernières années dans le monde du transport est l’autopartage. A l’instar des autolib’ parisiennes, l’Alpes d’Huez s’est équipé de Twizy. Ces véhicules électriques sont mis à la disposition des skieurs pour leurs déplacements au sein du domaine.

Vous disposez dorénavant de toutes les cartes pour rejoindre sereinement les pistes. Par ailleurs, il y a fort à parier que le développement des offres dites « porte-à-porte » va d’année en année permettre d’améliorer la qualité des voyages, en apportant simplicité et confort aux voyageurs, tout en diversifiant leurs possibilités. Alors il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne glisse !