Près de 3 ans après le lancement d’Autolib’, c’est presque sans faire de bruit que Paris a dévoilé en décembre dernier sa petite sœur : Utilib’, la version utilitaire de ces véhicules électriques en libre-service.

Une AutolibUtilib_coffre’ revisitée

Par rapport à l’Autolib’ classique, les caractéristiques du véhicule restent les mêmes, seul l’habillage change. De l’extérieur, l‘Utilib’ affiche une couleur rouge vif. Et à l’intérieur, exit la banquette arrière, on découvre à la place un vaste coffre de 900 litres séparé de l’avant par un grillage.

Les 2 services Autolib’ et Utilib’ fonctionnent sur le même réseau. Ainsi, les futurs Utilib’ seront répartis parmi les 900 stations Autolib’ déjà existantes.

Les Utilib’ s’adressent en priorité aux professionnels. Les commerçants et artisans de la capitale peuvent ainsi livrer un client ou transporter les outils nécessaires à leur activité sans investir dans un véhicule ni perdre de temps à se garer : la promesse de simplicité et de liberté d’Autolib’ est, là aussi, mise en avant.

Pré-lancement avec essai gratuit jusqu’au 28 février

Bonne nouvelle pour les curieux, Utilib’ est actuellement en test dans la capitale et le service est gratuit jusqu’au 28 février (sous réserve de souscription à un abonnement Utilib’ et dans la limite de 4h d’utilisation par jour). Toutefois, cela ne sera pas chose facile d’en trouver un. Seulement une centaine d’Utilib’ sont en circulation pendant la période contre les 2900 Autolib’ déjà en service sur tout le réseau.

Passé cette date, les professionnels devront débourser 6€HT/mois pour l’abonnement Utilib’ et 6€HT/heure pour la location. Pour les particuliers, la question n’est pas encore tranchée, mais certains avancent que l’abonnement Autolib’ pourrait regrouper l’utilisation des 2 services. Ce serait bien pratique pour cette cible quand il s’agit de  faire ses courses en grandes surfaces ou encore chez IKEA, qui est déjà équipé de bornes de recharge gratuites dans ses 7 magasins en Ile de France.

En attendant les résultats de le ce pré-lancement, on peut déjà saluer cette nouvelle initiative, qui, comme le souligne la maire de Paris Anne Hidalgo,  « rend possible la fin du diesel en 2020 dans la capitale » !