WeTruck, premier acteur de cocamionnage

Nous avions rencontré il y a quelques mois le fondateur de la startup WeTruck dont le concept novateur reposait sur du covoiturage… dans des camions. 6 mois après le lancement du site (officiellement lancé le 15 septembre 2015), la prometteuse start-up normande a bien grandi. WeTruck, unique acteur du cocamionnage dans le monde, propose aujourd’hui plus de 1900 trajets (sur le mois de mars) sur 80 lignes quotidiennes et en partenariat avec une centaine d’entreprises de transport différentes.

Le cocamionnage a donc rapidement réussi à séduire des milliers de passagers qui ont accompagnés les transporteurs sur plus de 30 000 kms de route, dans un premier temps en France. Pas étonnant quand on sait que le prix du trajet est en moyenne de 20% moins cher qu’un covoiturage, et bien plus confortable. Zoom sur le fonctionnement du nouveau poids lourd du transport collaboratif.

Carte des cocamionnages

Comment fonctionne le cocamionnage ?

Pour les transporteurs :

Toute entreprise de transport utilisant un camion ou un véhicule utilitaire peut s’enregistrer sur le site WeTruck.fr et publier ses annonces. Il suffira de se rendre sur l’espace réservé aux professionnels et mettre en ligne le calendrier des trajets effectués par les chauffeurs acceptant de prendre un passager en cabine. En somme, rien de bien compliqué.

Le transporteur est ensuite rémunéré au kilomètre parcouru. WeTruck prélèvera une commission de 15% sur le prix payé par le passager, le reste étant entièrement versé au transporteur qui choisira ou non d’en reverser une partie au chauffeur.

Pour les passagers :

Rien de bien compliqué non plus : tout comme le covoiturage, le passager devra identifier le trajet lui correspondant sur WeTruck.fr en indiquant la ville de départ, la destination ainsi que la date souhaitée.

Il devra ensuite réserver et payer le trajet directement sur le site. Une fois le paiement enregistré, les coordonnées du transporteur et du passager sont envoyées automatiquement. Les deux parties pourront se contacter pour toute information complémentaire.

À partir de là, le passager n’aura plus qu’à se présenter au point de rendez-vous et partager la route du chauffeur jusqu’à sa destination. À noter que seul un à deux passagers maximum peuvent accompagner le routier en fonction de la taille du camion.

Les limites du concept

Le concept à l’air alléchant mais qu’en est-il vraiment de l’expérience client ? En réalité, pour faire du co-camionnage, il faut être prêt à faire quelques sacrifices :

  • Être très flexible. En effet, la majorité des trajets qui sont proposés, le sont à des horaires très matinaux ou très tardifs. Oubliez donc les trajets en plein milieu de la journée.
  • Ne pas avoir peur de marcher. Les lieux desservis étant très souvent en périphérie des villes, il faudra se déplacer, généralement à pied, pour se rendre au point de rendez-vous.
  • Ne pas être pressé. Limitation de vitesse oblige, il faudra compter en moyenne 30% de temps de trajet supplémentaire par rapport à un covoiturage.
  • Bien choisir le jour de son départ. Plusieurs restrictions légales s’appliquant aux entreprises de transport peuvent décourager les passagers. En effet, les poids lourds n’ont pas le droit de circuler sur l’ensemble du réseau routier du samedi 22 h au dimanche 22 h, ainsi que les veilles de jour férié de 22 h à 22 h le lendemain. Des interdictions de circulation les jours de grands départs de vacances peuvent également s’appliquer.

Exemple de trajet proposé

Globalement, WeTruck séduit de plus en plus de voyageurs qui sont unanimes sur la qualité du service et ravis de vivre un trajet atypique. Malgré quelques limites au niveau de l’expérience client, la desserte des villes en périphérie et les horaires décalés des trajets proposés font de ce service un mode de transport complémentaire au covoiturage.