TransportShaker

Le blog Transport des consultants de Wavestone

Le platooning : Une réponse aux enjeux du transport routier ?

Aujourd’hui, en France et en Europe, le secteur du transport correspond à près d’un tiers de nos émissions de gaz à effet de serre, représentant plus de 120Mt CO2eq / an. Si les véhicules particuliers sont responsables de plus de la moitié de ces émissions, les poids lourds en représentent plus de 20%.

Avec l’ambition d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, tous les secteurs doivent diminuer leur impact, notamment le domaine du transport de marchandises. L’objectif du Grenelle de l’environnement, en matière de transport de marchandises est d’augmenter à 25% d’ici 2022 la part du non routier et du non aérien. Une grande partie du problème demeure mais des technologies émergentes tentent de le diminuer en décarbonant le secteur des poids lourds. L’une d’entre elle est en plein essor : le platooning.

 

Qu’est-ce que le platooning ? 

Le platooning, ou en français « circulation de véhicules en peloton », est une méthode de conduite autonome ou semi-autonome pour créer des convois dont la distance entre chaque véhicule est relativement courte (contre 50m minimum dans la législation d’aujourd’hui). Grâce à des connexions Wifi V2V (vehicle-to-vehicle) les camions du convoi, pouvant monter jusqu’au nombre de 7, sont synchronisés et agissent comme une seule entité en imitant instantanément l’engin en tête du peloton. Ainsi, le chauffeur en tête conduit et les autres le suivent et surveillent le bon fonctionnement du mode pilote automatique qui permet de réguler la vitesse de manière instantanée.

 

 

 

Quels sont les avantages du platooning ? 

 

 

Néanmoins, la formation de ces convois est pour l’instant envisagée uniquement sur certains tronçons d’autoroute où les voies de sortie et d’insertion sont relativement espacées, pour éviter au maximum la perturbation du convoi par des véhicules extérieurs. Ces contraintes limitent la formation de tels convois et donc leurs avantages.

 

Des premiers essais mono-marque réalisés

Cette méthode parait prometteuse mais quand est-il de la réalité ? En 2018, DB Schenker et MAN Trucks ont développé une technologie de platooning et ont mené des essais grandeur nature sur plus de 145km sur l’autoroute A9 entre Munich et Nuremberg. Les résultats sont encourageants :

  • Une économie de carburant sur l’ensemble du parcours de 4%, malgré des conditions expérimentales qui ne maximisaient pas cette économie (uniquement deux camions présents dans le convoi)
  • La sécurité et le confort de conduite sont les deux principaux avantages cités par les pilotes
  • Les pilotes acceptent bien cette nouvelle technologie, considérant qu’elle “enrichit leur travail à condition de développer en parallèle des formations adaptées, sur l’emploi des dispositifs numériques en particulier”

Néanmoins, ces expérimentations ont été réalisées en interne d’une marque de camion et ont permis de développer une technologie malheureusement très limitée. Aujourd’hui les autoroutes européennes sont parcourues par plusieurs dizaines de marques de poids lourds différentes. Une technologie mono-marque de platooning ne permet pas la réalisation de convois assez fréquemment pour que cela devienne intéressant. Il faudrait qu’au moins deux camions de la même marque se retrouvent l’un derrière l’autre, sur une portion de route suffisamment longue, pour bénéficier des atouts de la technologie… Peu probable qu’à l’échelle du continent cela devienne une solution viable.

C’est dans cet objectif que le projet européen ENSEMBLE a été lancé en 2018. Son ambition ? Créer une technologie de platooning multi-marques.

 

Le Projet Ensemble : harmoniser le platooning à toutes les marques

Le projet ENSEMBLE pour « ENabling SafE Multi-Brand pLatooning for Europe  » est cofinancé par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 avec un budget total de 25 millions d’euros. Il a débuté en juin 2018 pour une durée prévue de 36 mois. Après des retards liés à la crise du COVID-19, le projet a pris fin en mars 2022.

Son objectif était d’harmoniser les spécifications multimarques, en collaboration avec une vingtaine de partenaires, dont 6 constructeurs de poids lourd et en réalisant un protocole de communication V2V multi-marques qui conduirait à des normes pour l’interopérabilité des camions, peu importe leur constructeur.

 

Partenaires du projet ENSEMBLE

 

Les résultats d’ENSEMBLE 

Le projet a pu mettre au point deux technologies de platooning, Platooning Support Function (PSF) (Fonction Support de Platooning) et Platooning Autonomous Function (PAF) (Fonction Autonome de Platooning). La première technologie, PSF, est basée sur une technologie mature et avérée. Elle aide les conducteurs suiveurs dans le peloton à conduire, en régulant automatiquement leur vitesse par rapport à la vitesse du véhicule de tête. La deuxième technologie fait un pas de plus vers le transport de marchandises du futur : un pas de plus vers un transport 100% autonome, mais elle est uniquement à l’état de prototype.  

Comparaison des deux technologies de platooning

Les résultats du projet sont très concluants et prometteurs pour l’avenir. ENSEMBLE est parvenu à développer et déployer dans un environnement réel une technologie de platooning multi-marques convenue entre tous les principaux constructeurs européens de camions (MAN, BOSCH, IVECO…).

 

 

Les impacts identifiés du déploiement du platooning

Ces plusieurs années de travaux ont permis d’obtenir plus de précisions quant aux réels impacts d’un déploiement d’une telle technologie à l’échelle Européenne. Le projet a permis de confirmer les avantages pressentis de cette méthode de transport bien qu’ils se confrontent assez vite à des limites.

Avantages et limites du déploiement du platooning à l’échelle européenne

 

 

Le platooning parait faire partie de la solution pour améliorer le secteur de transport de marchandises, au vu de ses avantages économiques, écologiques ainsi qu’en termes de sécurité routière et de confort du métier de chauffeur.

Cependant le chemin peut être encore long pour voir de tels convois de poids lourds sur nos routes. Les instances politique doivent s’aligner sur les différentes réglementations en lien avec l’apparition de véhicule (semi-)autonome à mettre en place en cas d’un déploiement à l’échelle du continent. Les entreprises, si elles le souhaitent, devront se lancer dans de gros projets de transformation de leurs activités impliquant également la transformation du métier de chauffeur, laquelle nécessitera un accompagnement particulier.

De plus, cette technologie n’est pertinente que si le trafic de poids lourd est important. Or, bien que les prévisions d’il y a une dizaine d’année prévoyaient une explosion du trafic de poids lourds d’ici 2030, la tendance actuelle de privilégier le circuit court peut remettre en cause l’intérêt de cette solution.

Finalement, le platooning ne semble pas être la panacée aux problèmes environnementaux. D’autres solutions au transport de marchandises peuvent paraitre plus efficaces comme le développement du fret ferroviaire ou encore l’investissement dans la filière hydrogène.

 

Bibliographie 

Les Echos – Le platooning de poids lourds est-il l’avenir du transport routier ? Oct 2019

L’Officiel des Transporteurs – À quand une expérimentation en France ? Nov 2020

ENSEMBLE, Platooning together (lien page, lien brochure)

IVECO – IVECO franchit une nouvelle étape vers la conduite connectée et autonome avec la finalisation réussie du projet ENSEMBLE (lien page)

CITEPA, rapport Secten 2020

Chiffres clés du transport – Edition 2021, Ministère de la transition écologique (lien)

Chiffres clés Air et mobilités, ADEME Expertises (lien)

HUGO CRUNET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.