TransportShaker

Le blog Transport des consultants de Wavestone

Mobilités dans le monde rural : vers de nouvelles alternatives

Dans les territoires ruraux, l’accès aux transports publics est limité et les longues distances à parcourir par les habitants restreignent l’usage des mobilités douces comme le vélo ou la trottinette. Le recours à la voiture s’y est ainsi généralisé et constitue le principal mode de déplacement.

Enjeux économiques, sociaux et environnementaux

La hausse du prix du carburant impacte durement « le porte-monnaie des ménages » utilisant régulièrement une voiture. Certains comme les jeunes actifs ou les seniors n’ont quant à eux pas la possibilité d’acquérir une automobile ou de conduire et sont donc menacés de précarité d’accès à l’emploi et aux services. Cet isolement est accentué par la disparition des petites lignes de chemin de fer, réduisant le maillage local du territoire : on comptait 42 700km de voies en 1938 contre 30 000km aujourd’hui.

Cartes du réseau ferroviaire (Libération)

Au-delà des enjeux économiques et sociaux, il existe également un enjeu écologique : représentant une part de 30% d’émission des GES en France, le transport routier est le premier secteur émetteur. La Stratégie Nationale Bas Carbone vise sa décarbonation complète à horizon 2050, or c’est la voiture individuelle qui contribue le plus à son bilan énergétique et environnemental, en représentant 61% des consommations du secteur.

Chiffres clés liés aux enjeux du secteur du transport

Il est alors urgent de repenser nos mobilités individuelles. En réponse à ce constat, la Loi d’Organisation des Mobilités (Loi LOM) propose depuis 2019 plusieurs axes d’amélioration, avec l’ambition de transformer en profondeur la politique des mobilités du quotidien :

Promouvoir les véhicules à faibles émissions 

Avec ses aides financières (le bonus écologique jusqu’à 6000 euros et la prime à la conversion jusqu’à 5000 euros), l’Etat affiche son ambition de réduire l’impact des transports sur l’environnement et opérer une transition vers une mobilité plus durable. Les ventes de véhicules électriques sont ainsi en constante augmentation (on constate une augmentation de 46% des ventes de voitures électriques de 2020 à 2021). Cette croissance rend indispensable le développement d’un réseau de bornes de recharge efficace avec une bonne couverture. Le Gouvernement a mis en place une série de mesures visant à promouvoir le déploiement du réseau d’infrastructures de recharge pour les véhicules électriques, notamment à travers le programme ADVENIR : il s’agit d’aides financières pour l’installation de points de charge et de mesures législatives et réglementaires visant à lever les obstacles au déploiement des bornes de recharge. Des grands industriels tels que Enedis ou TotalEnergies participent aussi à cette dynamique : Enedis facilite le développement de la mobilité électrique partout en France (stations de recharge rapide sur l’autoroute en Occitanie, 1er réseau de bornes à la demande à Saint-Etienne), tout comme TotalEnergies qui a annoncé fin 2021 engager jusqu’à 200 millions d’euros sur un an afin d’équiper plus de 150 de ses stations en IRVE haute puissance.

Investir dans un véhicule électrique n’est cependant pas possible pour les plus précaires, qui peuvent se tourner vers d’autres nouvelles alternatives.

Développer la mobilité partagée 

C’est ce que propose notamment Blablacar Daily ou Klaxit avec leurs lignes régulières de covoiturage domicile-travail. Cette initiative permet de réduire le nombre de véhicules sur les routes et d’alléger la part du coût des transports dans les dépenses à la fois des ménages, des entreprises et également des collectivités. En effet, les déplacements réalisés en covoiturage peuvent dorénavant être subventionnés, ce qui reviendrait pour les collectivités à un investissement jusqu’à 6 fois moins cher par passager/kilomètre que pour une ligne de TER. Des services régionaux de transport public comme Aléop dans les Pays-de-la-Loire ont déjà développé des partenariats avec Blablacar Daily.

L’auto-stop organisé et le transport solidaire apportent une véritable solution aux personnes ne pouvant pas ou plus se déplacer. Des plateformes comme Rezo Pouce permettent ainsi de partager un besoin de trajet et de trouver en quelques instants un chauffeur bénévole. Cela contribue notamment à lutter contre l’isolement des seniors, qui en plus de pouvoir se déplacer, partagent un moment de convivialité. Cette pratique, portée par des organismes publics (CCAS, Mairies, MSAP, …) et des bénévoles, est très encadrée afin d’assurer la sécurité de chacun des usagers.

Favoriser l’usage du vélo 

La lutte contre la pollution, l’amélioration de la santé publique et la réduction du budget transport pour les ménages sont autant d’arguments en faveur de cette mobilité active. L’usage au quotidien du vélo en milieu rural est malgré tout encore peu développé. Son potentiel est pourtant bien réel et des solutions se mettent en place pour inciter les habitants à en faire leur mode de transport de prédilection : le vélo représentait 3% des déplacements en 2018, le gouvernement entend tripler ce pourcentage à l’horizon 2024.

De nouveaux types de vélos voient le jour afin de s’adapter aux contraintes du quotidien : les vélos pliants, aisément transportables et peu encombrants, facilitent l’intermodalité. Les vélos-cargos quant à eux rendent possible la livraison du dernier kilomètre ou encore le transport des courses ou des enfants à l’école. Proposer des vélos électriques en location est également un levier du déplacement quotidien : l’assistance électrique permet en effet de s’affranchir des contraintes telles que les routes vallonées ou les trajets de plus longues distance (plus de 20km par exemple).

L’enjeu utilitaire est étroitement lié à l’enjeu touristique : le réseau de pistes cyclables utilitaire sera aussi bénéfique aux touristes. Des initiatives telles que Loire à Vélo dans les Pays de la Loire incitent alors les usagers à intégrer le vélo dans leurs déplacements de vacances : de larges espaces sont spécialement aménagés l’été pour ces derniers dans les trains TER, afin de pratiquer le tourisme responsable.

Poursuivre le développement des aménagements cyclables apparaît alors nécessaire afin d’exploiter le potentiel de ces solutions. Le Plan Vélo, présenté en 2018 par le gouvernement, prévoit notamment d’aider les collectivités à financer des projets d’infrastructures cyclables sur leur territoire. Un fond de 600 millions d’euros a déjà été engagé et devrait être complété par 250 millions supplémentaire d’ici fin 2022. Il permet également de créer des parkings sécurisés et des voies vertes afin d’améliorer la sécurité des cyclistes. Les programmes AVELO de l’ADEME aident les collectivités à s’engager dans une politique cyclable : ces programment permettent entre autres l’aide au financement d’expérimentation de services vélos ou de campagnes de communication.

Inciter au pédibus ou vélobus pour le ramassage scolaire

Des parents ou bénévoles accompagnent à tour de rôle des élèves à pied ou à vélo, permettant de réduire l’empreinte écologique, favoriser le lien social et responsabiliser les enfants. Comme pour un bus, ils rejoignent des points d’arrêts déterminés, respectant des horaires de passage bien définis. Cette pratique peut être porté par des associations ou des communes.

Augmenter le service de Transport à la Demande (TAD)

Le TAD est un service piloté par les Autorités Organisatrices de Mobilités (l’acteur public compétent pour l’organisation de la mobilité sur son territoire) permettant aux usagers de se déplacer sur réservation dans une zone définie (par exemple, liO et ses plus de 70 lignes de TAD qui desservent tout le Lot en région Occitanie). Ce dispositif permet de grouper les trajets, d’éviter les transports vides en faisant passer les véhicules seulement lorsqu’il y a des demandes et rabattre les usagers vers les lignes de bus existantes et les gares. Il s’agit d’un excellent outil permettant l’accès à l’emploi pour ceux qui ne possèdent pas de voiture, le coût étant relativement peu élevé pour l’usager (la région Occitanie a plafonné à 2 euros le prix du trajet, peu importe la distance parcoure).

Faciliter l’intermodalité afin d’accompagner le développement des mobilités décarbonées

La multiplication des offres de mobilité soulève la nécessité d’assurer une complémentarité et des connexions entre les différents modes de transport afin d’espérer concurrencer l’usage du véhicule personnel. Des leviers permettent de faciliter l’intermodalité afin de proposer une expérience porte à porte aux usagers :

La création de pôles d’échanges est un excellent outil d’intermodalité. Il permet de connecter physiquement différents modes de transport ou, à défaut, faciliter leur correspondance. Cette désignation n’est pas limitée aux gares et peut s’étendre aux vélostations, ou encore aux aires de covoiturage. Ces pôles se multiplient en raison de politiques publiques favorables, avec l’instauration des PDU (Plan de Déplacements Urbains) qui imposent une démarche de coordination entre les acteurs concernés afin de favoriser l’usage des transports.

Pour satisfaire et fidéliser les usagers, il est impératif de leur proposer une expérience différenciante : c’est l’enjeu de l’information voyageur (IV). En informant avec justesse et le plus rapidement possible les usagers de l’état de la circulation, ces derniers peuvent anticiper les aléas et préparer au mieux leurs trajets. L’objectif est de proposer aux utilisateurs des itinéraires personnalisés et optimisés, combinant différents modes de déplacement via une interface unique. Afin de répondre aux enjeux environnementaux, l’IV permettrait aux usagers de faire le choix de favoriser les transports plus respectueux de l’environnement lors de la création de leur itinéraire grâce aux données de l’ADEME pouvant être intégrées aux services. Au-delà de la réduction des émissions de CO2, la mobilité solidaire est un autre sujet d’attention de l’IV : la plateforme Faciligo met par exemple en relation des voyageurs à mobilité réduite ou en situation de fragilité avec des voyageurs voulant prêter main forte et bénéficier d’un trajet à tarif réduit.

La tarification et la billettique sont de véritables leviers pour faciliter les déplacements intermodaux de leurs usagers. Au cours de son trajet, un usager peut être amené à utiliser des modes de déplacement relevant d’organisations différentes, des tarifications partenariales peuvent alors être proposées. La billettique quant à elle permet de gérer l’achat, la validation et le contrôle des billets. L’interopérabilité de la billettique simplifie alors l’intermodalité en permettant de charger sur un même support différents titres de transport. Ces services sont organisés par les régions, la loi LOM renforçant leur rôle en termes d’organisation des mobilités, en collaboration avec les autres Autorités Organisatrices de la Mobilité. La région Normandie propose par exemple la carte Atoumod, permettant d’utiliser le réseau de bus, car ou tramway.

Limites & Perspectives

On distingue donc 5 leviers à actionner :

Leviers à actionner pour répondre aux enjeux de la mobilité rurale

Afin d’y parvenir, des investissements dans les infrastructures sont nécessaires (bornes de recharge, aires de covoiturage, lignes de trains intercités quotidiennes …) afin d’améliorer l’offre proposée : aujourd’hui, le covoiturage, le vélo et autres nouvelles mobilités sont souvent moins sûres et moins avantageuses en termes de temps que la voiture.

Ces investissements doivent d’autant plus s’accompagner d’une réflexion sur l’organisation des territoires : réinstaller des petits commerces et services dans les villages permettrait d’éviter de prendre la voiture, et favoriserait des modes de vie plus en proximité.

Chaque année, France Mobilité expérimente de nouveaux modes de déplacement à travers son Appel à manifestation d’intérêt Tenmod. Cette démarche partenariale et collective met en relation tous les acteurs de la mobilité afin de faire émerger des projets innovants.

La SNCF imagine également de nouvelles solutions pour les territoire ruraux : faire circuler des trains légers pour les petites lignes ou encore des navettes ultra légères (Flexy) capable de rouler à la fois sur rail et sur route.

Pour accompagner ce bouleversement de nos habitudes, il est important de changer les mentalités : la « culture automobile » est bien ancrée dans la ruralité où voiture est synonyme de liberté. Freiner son usage en le rendant plus contraignant (réduire la vitesse, tarifer le stationnement, …) tout en développant des alternatives permettrait de sortir du modèle de la voiture individuelle.

Bibliographie :

https://www.cerema.fr/fr/actualites/mobilite-durable-quelles-solutions-territoires-peu-denses

https://www.ademe.fr/expertises/mobilite-transports/passer-a-laction/france-mobilite-nouvelles-mobilites-durables-experimentees-sein-territoires

https://padam-mobility.com/la-mobilite-en-zone-rurale/^2

https://www.ecologie.gouv.fr/loi-dorientation-des-mobilites ^1

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/transport_rapportcas_ademe.pdf.pdf

https://blog.blablacar.fr/newsroom/news/blablacar-presente-blablacar-daily-l-application-de-covoiturage-quotidien

https://blog.rezopouce.fr/

https://transport-solidaire.fr/

https://fr.getaround.com/blog/autopartage-particuliers/

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mercredi-23-mars-2022

https://www.cerema.fr/fr/actualites/boite-outils-intermodalite-fiches-pratiques-organiser

https://www.velo-territoires.org/actualite/2019/05/10/velo-territoire-rural-levier-de-mobilite-quotidienne/#

https://aleop.paysdelaloire.fr/le-transport-la-demande-quest-ce-que-cest

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-transport-2021/38-emissions-de-co2-du-transport

https://www.gouvernement.fr/actualite/le-plan-velo-fete-ses-3-ans#:~:text=Plus%20d’un%20quart%20des,v%C3%A9lo%20d’ici%20%C3%A0%202024.

https://www.fcpe.asso.fr/conseils-aux-parents/pedibus-ou-velobus-comment-ca-marche

https://lio.laregion.fr/TAD-le-Transport-a-la-Demande

https://www.liberation.fr/economie/transports/chemin-de-fer-comment-les-petites-lignes-ont-disparu-au-profit-des-grands-axes-20211020_5XCSWAKSYZESVOCFVJ3SOCB4JQ/

https://www.je-roule-en-electrique.fr/decouvrez-les-aides-pour-votre-voiture-electrique-13

https://www.flotauto.com/totalenergies-stations-recharge-20211103.html

https://www.enedis.fr/faciliter-le-developpement-de-la-mobilite-electrique

https://www.sncf.com/fr/innovation-developpement/innovation-recherche/mobilite-pour-tous-dans-les-territoires




Alexandre Commeau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.