D’une longueur de 12 mètres pour une capacité de 100 personnes, les nouveaux bus mis en service ce 30 mai dernier sur la ligne 341 du réseau parisien ont tout de bus classiques. À ceci près qu’il s’agit des premiers de leur genre, avec une motorisation 100% électrique. Il s’agit là d’une étape nouvelle dans le renouvellement du parc parisien, qui vise 80% de bus électriques à horizon 2025, ainsi que 20% de véhicules hybrides au biogaz.

Dans la course au tout électrique, c’est le Groupe Bolloré – déjà fournisseur des BlueCar du service Autolib’ – qui a été choisi par le STIF et la RATP pour son nouveau modèle BlueBus. Disposant de 8 blocs batteries, les mêmes qui équipent les 5000 Autolib’ en circulation, l’engin de fabrication 100% française affiche une autonomie oscillant entre 180 et 250 km. Suffisamment selon le transporteur pour opérer une journée complète de service et se recharger la nuit.

Pour le groupe Bolloré, ce contrat permet avant tout de rentabiliser les investissements réalisés dans le développement des batteries Lithium-Métal-Polymère, dans lesquelles l’entreprise a investi plus de 3 milliards d’euros depuis 22 ans. Une technologie particulièrement adaptée aux véhicules électriques, et qui cherche à faire concurrence aux batteries ion-lithium plus classiques.

Pour la RATP, l’acquisition de ces 23 bus électriques va permettre d’évaluer les conditions d’amortissement de leur surcoût dans le temps, avec un premier retour d’expérience sur la longévité de ce matériel et de ces batteries. Car avec un prix unitaire deux fois plus élevé qu’un véhicule diesel, et 30% supérieur à un bus hybride, les résultats de ce premier essai grandeur nature seront déterminants avant le lancement d’appels d’offres plus larges pour le renouvellement de la flotte d’autobus parisiens.

Source Image : blue-solutions.com

[Dossier bus urbain]