Chaque année, le Consumer Electronics Show est l’occasion de balayer du regard le marché mondial de la technologie : de voir les grandes tendances actuelles et à venir ainsi que les évolutions produit à ne pas rater. Les thématiques stars de cette édition sont pour beaucoup connues de tous, puisqu’on en retrouvait déjà une partie en 2016 : réalité virtuelle, objets connectés, intelligence artificielle, machine learning… Mais malgré ces tendances persistantes, les plus de 3800 exposants et 300 conférences n’ont pas manqué de captiver notre attention. Aujourd’hui, nous nous intéresserons tout particulièrement au domaine du transport : un sujet d’autant plus intéressant qu’il est incontournable sur ce salon !

Des voitures autonomes et électriques

Cette édition peut être encore plus que les précédentes, l’automobile était au cœur du spectacle. Et comme on pouvait l’attendre, la voiture de l’année sera autonome, électrique et intelligente. À ce sujet, l’industrie automobile a pris un tournant important : aujourd’hui tous les acteurs du marché, constructeurs aux premières loges, semblent s’être engagés dans cette voie. D’ailleurs, pour neuf constructeurs présents sur le salon, neuf voitures autonomes ! Tour de table de quelques produits et annonces…

Audi a annoncé la construction à horizon 2020 d’une voiture autonome et intelligente en partenariat avec Nvidia, et a proposé en démonstration le prototype d’un modèle Q7 autonome. Acteur désormais majeur dans le domaine des processeurs, Nvidia s’appuie sur le deep learning pour affiner ses systèmes. Il a notamment mis en place la plateforme Co-Pilot, apprenant du conducteur pour mieux prédire ses comportements de conduite.

Par ailleurs, Audi n’est pas le seul constructeur à avoir fait confiance à Nvidia pour équiper ses véhicules : Mercedes-Benz a également annoncé qu’il utiliserait ses technologies, et ce dans un avenir proche, à savoir dans les douze mois à venir !

Dans le domaine de l’expérimentation, on a également appris que BMW testera une quarantaine de véhicules autonomes, du modèle Série 7. Pour ce projet, le constructeur s’est doublement entouré : Intel fournira les composants informatiques et les solutions logicielles pendant que Mobileye se chargera du volet traitement et interprétation des données collectées.

Du côté de l’eco-friendly, Faraday Future a dévoilé son SUV entièrement électrique, le FF91. L’autonomie promise est de 600km et le véhicule sera doté de multiples capteurs pour le rendre semi-autonome. Finalement, Valeo a présenté son prototype de l’eCruise4u, véhicule électrique et autonome bénéficiant d’une conduite automatisée ainsi que d’un système de propulsion électrique.

Des voitures intelligentes

Les voitures de demain seront donc autonomes et électriques. Elles seront de plus intelligentes.

On notera notamment dans cette catégorie l’association de PSA au « SmartDeviceLink Consortium », mené par Ford et Toyota. Cette plateforme a pour objectif de faciliter l’accès des utilisateurs à leurs applications smartphones lorsqu’ils sont sur la route.

Sur un ton légèrement plus futuriste, Toyota a profité de l’événement pour dévoiler son concept car Concept-i, qui représente « la vision de la voiture du futur » du constructeur. Celui-ci sera doté de l’intelligence artificielle « Yui » développée en interne, qui pourra notamment enregistrer les paramètres préférés des utilisateurs de la voiture afin d’y créer des conditions de trajet idéales.

Finalement, Microsoft a présenté sa plateforme pour voiture connectée, la « Microsoft Connected Vehicle Platform ». Celle-ci entend faciliter l’utilisation du cloud par les constructeurs, afin de leur permettre de créer des expériences personnalisées de conduite connectée.

Au vu de toutes ces annonces dans le domaine de l’automobile, il semblerait que pour rester compétitifs en 2017, les constructeurs devront bien s’entourer et développer des écosystèmes d’innovation solides. Garants du bon fonctionnement des nouveaux systèmes, les processeurs seront au cœur de tous les débats. Cela s’est d’ailleurs illustré par la place prépondérante d’acteurs tels que Nvidia sur le salon, dont les annonces ont peut-être même plus retenti que celles des constructeurs présents.

De l’innovation dans le transport urbain

Le CES 2017 a également été la vitrine d’un certain nombre de nouveaux modes de transport urbain. Il y a presque un an, on vous présentait une série de nouveaux venus sur les trottoirs. Depuis, du chemin a été fait et si des acteurs tels que Weebot étaient bien présents, avec de nouvelles évolutions produit, l’attention s’est cette année plutôt portée sur des deux-roues nouvelle génération.

Dans cette lignée, on a pu découvrir le vélo à assistance électrique de Swagtron, le SwagCycle Urban E-bike : un véhicule ultra rapide dont la vitesse peut atteindre les 64 km/h.

On notera également la présence du OjO Commuter, un scooter intelligent se targuant d’une étiquette zéro pollution. Autonome sur environ 40 km, son moteur permet d’aller jusqu’à 32 km/h.

Finalement, Honda a dévoilé sa Riding Assist Motorycycle, une moto gyrostabilisée tenant toute seule en équilibre grâce à un système d’auto-stabilisation latéral.

Des drones matures et grand public

Technologies vedettes des précédentes éditions, on a pu assister cette année à une stabilisation, voire une banalisation du marché des drones. En somme, la technologie associée a énormément évolué et mûri : suite à cette stabilisation technologique, c’est maintenant le marché grand public qui se développe.

La question que beaucoup se posent aujourd’hui porte sur les nouveaux usages qui seront fait de cette technologie dans le futur. Et dans le secteur du transport, celui imaginé par Mercedes-Benz est particulièrement intéressant : un van électrique équipé de deux drones pour fluidifier les activités de livraison. Placés sur le toit du van, leur rôle serait d’optimiser le chargement puis la livraison de paquets, en prenant en charge les premiers/derniers kilomètres.

Des assistants intelligents, intégrés dans tous nos outils du quotidien

Bien que le sujet s’éloigne parfois un peu du transport, on ne peut présenter les tendances du CES 2017 sans mentionner les assistants intelligents. Utilisés dans d’innombrables objets et circonstances, ceux-ci étaient omniprésents. Dans le domaine du transport, on peut entre autres citer l’annonce du projet de BMW et Nissan d’intégrer l’assistant Cortana de Microsoft dans leurs véhicules et le choix d’Alexa par INRIX pour sa plateforme OpenCar destinée aux constructeurs automobiles.

Et la French Tech dans tout ça ?

Un tel événement est finalement l’occasion de se positionner dans l’écosystème d’innovation mondial. Et sur ce plan, la France s’en sort plutôt bien. C’est d’ailleurs peu dire, puisque la French Tech était très généreusement représentée, avec pas moins de 233 exposants recensés ! A l’instar des technologies présentées, le panel d’offres et produits français était extrêmement vaste et inventif, allant de montres connectées capables d’analyser la peau, à de l’intelligence artificielle analysant les mouvements de boxe, en passant par des créateurs d’histoires pour enfants…


Et pour clôturer ce panorama du CES : un des coups de cœur du salon, Made in France ! Adoubé par le grand public, le robot compagnon Buddy de Blue Frog Robotics a su faire parler de lui. Reposant sur une plateforme de développement ouverte, ses modes d’utilisation sont presque infinis : il suffit d’user d’imagination pour trouver de nouveaux usages. C’est d’ailleurs ce qu’est en train de faire la SNCF, qui a annoncé lors du salon qu’on retrouvera prochainement Buddy à bord des trains iDTGV.