Lors du salon Vivatech 2017, auquel Wavestone était présent, beaucoup de conférences ont porté sur l’analyse de flux de passagers.  Ce sujet fait en effet de plus en plus parler de lui. Pourquoi un tel intérêt ?
Les acteurs historiques du transport comme la SNCF, Air France ou bien la RATP sont aujourd’hui confrontés à une transformation des besoins de leurs clients provoquée par la révolution du digital.
Plus particulièrement, pour la SNCF, l’arrivée d’acteurs issus de l’économie collaborative comme BLABLACAR l’oblige à innover pour pouvoir garder sa clientèle et continuer à attirer de nouveaux voyageurs.
Enfin, avec l’ouverture à la concurrence prochaine du marché du transport ferroviaire de personnes, les acteurs historiques présents vont devoir trouver de vraies stratégies de différenciation. L’amélioration de l’expérience utilisateur grâce à l’analyse des flux de passagers est clé pour relever ce challenge.

Qu’entendons-nous par analyse de flux de personnes et comment procéder ?

Quand on parle d’analyse de flux de personnes, il s’agit de dessiner et de comprendre, grâce aux données fournies par les différentes techniques de suivi, les déplacements des personnes durant les différentes étapes de leur parcours voyageur. Cela permet ainsi de connaître la fréquentation en temps réel d’un lieu et de pouvoir ainsi l’optimiser ou détecter d’éventuels problèmes. On peut, par exemple, repérer les passages encombrés ou au contraire les espaces moins fréquentés. En raison du comportement des êtres humains, il est difficile de prédire exactement ces flux. En effet, l’homme peut avoir des réactions irrationnelles (changement d’avis, prise de décision illogique car sous pression…) et imprédictible. Les techniques d’analyse de flux peuvent être séparées en deux catégories : l’analyse statique et l’analyse dynamique. L’analyse statique consiste à capter le flux à un endroit précis via, par exemple, des capteurs, des bit coin, les données issues de la billettique, le NFC, etc. L’analyse dynamique consiste quant à elle à suivre la personne en la géolocalisant tout au long de son parcours via, par exemple, des réseaux wifi, des bornes Bluetooth, des caméras, des technologies utilisant les champs magnétiques, l’UWB etc. L’analyse de flux de passagers présentent de nombreux enjeux pour les gestionnaires des réseaux de transport et pour les usagers.

 

Trois enjeux principaux liés à l’analyse des flux de passagers pour les gestionnaires des réseaux de transport

Il y a aujourd’hui de véritables enjeux liés à l’analyse des flux de passagers, tout d’abord, du point de vue des gestionnaires des réseaux de transport.

Une meilleure compréhension du comportement de leurs voyageurs

Un premier enjeu majeur, au cœur des préoccupations des acteurs historiques du transport, consiste à mieux comprendre le comportement de leurs passagers afin d’améliorer leurs offres en créant de nouvelles expériences voyageurs avec des services adaptés et personnalisés et ainsi fidéliser les usagers. Outre une optimisation de l’adéquation entre offre et demande, l’analyse de flux permet également d’augmenter les recettes générées dans les gares. En effet, celles-ci sont devenues de vrais lieux de commerce. En connaissant les lieux les plus fréquentés et les horaires de passages, il est possible de mieux cibler la publicité ou vendre certains espaces publicitaires plus chers, car plus fréquentés ou encore de placer les commerces intelligemment sur le chemin des voyageurs.

Ce premier enjeu de l’analyse de flux a donné lieux à une expérimentation sur le réseau de tramways de Casablanca menée par la RATP en collaboration avec la startup Urban Engines : l’analyse des données billettiques a permis de développer une solution permettant de visualiser l’évolution des flux “origine destination” (validation à l’entrée d’une station) et ainsi de comprendre le comportement des passagers.

Une meilleure gestion de leur réseau

Un deuxième enjeu important est une meilleure gestion du réseau. Mieux connaître les flux de passagers permet d’augmenter l’efficacité opérationnelle en ayant la possibilité de superviser le réseau en temps réel.  Les phénomènes d’engorgement peuvent de cette manière être mieux gérés. L’analyse de flux contribue ainsi à fluidifier les parcours, à réagir rapidement face aux incidents, à prévenir des risques ou encore à déterminer les périodes de faible fréquentation pour les interventions de maintenance. Outre l’aspect efficacité opérationnelle, mieux connaître les flux de passagers permet d’appuyer les prises de décisions, comprendre l’utilisation de son réseau, justifier les investissements et appuyer le rôle de conseiller auprès de l’autorité organisatrice pour des futurs projets transport.

Ce deuxième enjeu de l’analyse de flux a donné lieux à une expérimentation de la RATP avec la start up Urban Engines : en croisant les flux « origine destination » avec les données issues des systèmes d’aide à l’exploitation, il a été possible de reconstituer le remplissage des tramways.  Avec cette solution, le remplissage moyen des tramways à Casablanca a pu être diminué de 10% en heure de pointe sans augmenter les coûts.

Une augmentation de leurs recettes

Le troisième enjeu est économique. L’analyse des flux de passagers permettrait de lutter contre la fraude en comparant par exemple le flux de personnes observé avec le nombre de tickets compostés. La fraude est un problème central pour les gestionnaires de réseaux. En Ile-de-France la fraude dans les transports en commun représente un budget de 100 à 200 millions d’euros, soit 5% des recettes totales. Par ailleurs, les acteurs historiques ont l’obligation contractuelle de réaliser des enquêtes terrains qui sont très coûteuses. L’analyse des flux apparaît alors comme une solution plus économique, plus régulière et plus fiable que les méthodes de comptage traditionnelles. Un autre enjeu économique lié à l’analyse de flux de passagers est de faire payer le voyageur après son voyage et non plus avec les abonnements actuels.

Ce troisième enjeu de l’analyse de flux a donné lieux à une expérimentation de la RATP avec la start up EdgeMind sur le réseau de bus et tramways à Valencienne : cette start up a développé un algorithme qui reconstitue les données « origine destination » à partir des données billettiques de validation et qui les enrichi avec des données socioéconomiques, emploi par zone, population etc. Les résultats ont ensuite été comparés à ceux obtenus par des enquêtes terrains traditionnelles et les résultats étaient similaires. L’analyse de flux de passagers pourrait ainsi permettre de remplacer les enquêtes terrains couteuses.

 

L’enjeux  pour les usagers : une amélioration de leur expérience voyageur

Du point de vue de l’usager, l’amélioration de son expérience utilisateur est le véritable enjeu. Il va pouvoir bénéficier d’offres et de services personnalisés. Il pourra par exemple recevoir des informations sur le trajet le moins encombré, le lieu où se placer dans le transport en fonction du remplissage de celui-ci, des informations lui indiquant le taux de remplissage des transports à venir, des alertes de sécurité ou encore l’itinéraire à prendre pour sortir de la station en fonction des critères de l’usager, la rapidité ou le confort de ne pas se sentir oppressé.

 

Au-delà de toutes les opportunités qu’elle offre, l’analyse de flux de passagers fait aujourd’hui aussi face à la problématique de la vie privée des voyageurs : sont-ils prêts à être traqués, suivis et analysés en continu dès le moindre déplacement ?
L’analyse de flux impose en effet l’acceptation au préalable des clients pour l’accès à certaines données. Ce sujet n’est pas traité ici, mais la réglementation et la sécurité des données sont deux problématiques importantes qui nécessitent d’être prises en compte pour mettre en place des outils d’analyse de flux.

L’avenir de l’analyse des flux de passagers n’est pas encore défini mais la course aux innovations pour l’amélioration de l’expérience client dans les transports est pour sûr déjà lancée pour un grand nombre d’acteurs, start-ups et grands groupes industriels !