Comment le BIM révolutionne les transports en France ?

166 km de lignes et 57 nouvelles gares, c’est le projet de métro du Grand Paris. Celui-ci est réalisé en BIM, Building Information Modeling. Très largement utilisé dans le secteur du bâtiment, le BIM connaît aussi un essor significatif dans les infrastructures de transport.

En effet, on estime que l’utilisation du BIM pour les projets d’infrastructures en Europe est passé de 20% à 52% en seulement 5 ans.

Cette méthode de travail est donc utilisée sur différents types d’infrastructures de transport dans différents projets.

Quelques exemples d’infrastructures de transport en BIM

Dans le transport routier

Résultat de recherche d'images pour "logo l2 rocade"

La rocade L2 de Marseille est conçue en BIM. Le projet reçoit en 2015 le BIM d’argent. La MOA est assurée par la Société de la Rocade L2 et la MOE par Egis.

En vue des nombreux interlocuteurs à coordonner et de l’ensemble des risques à maîtriser pour ce projet, le BIM garantit la fiabilité et le partage de la donnée entre les différentes parties prenantes.

Résultat de recherche d'images pour "logo cofiroute"        Résultat de recherche d'images pour "logo egis"

L’autoroute A10 au nord d’Orléans connait également des aménagements visant à pallier l’augmentation des trafics. Vinci Autoroute et Egis ont choisi d’utiliser les outils BIM Autodesk et la réalité virtuelle pour mener à bien ce projet complexe.

Concevoir en BIM a permis à Egis de mieux appréhender et maîtriser les contraintes de l’existant. D’après les responsables de ce projet, l’utilisation des outils AEC Autodesk ainsi que de la réalité virtuelle fluidifie la communication entre différentes parties prenantes et améliore la qualité des rendus.

Le transport urbain

L’élargissement de la ligne B du métro de Lyon, initiée à l’été 2015, est également réalisée en BIM. Systral a mandaté Egis pour assurer la maîtrise d’œuvre.

La MOE s’est appuyée sur une plateforme collaborative BIM pour concevoir les maquettes d’abord et animer ensuite le BIM management et processus de synthèse des maquettes en phase de construction.

La ligne B du métro de Rennes entrera en service cette année. L’ensemble des maquettes de cette infrastructure complexe couplant partie sous-terraine et partie aérienne sont synthétisée sur une plateforme BIM.

L’utilisation du BIM a permis de mieux collaborer et maîtriser les coûts sur l’ensemble du cycle de vie de l’infrastructure.

Le transport ferré

Les voies d’un secteur ferroviaire à Juvisy ont été entièrement modélisées en BIM pour optimiser la maintenance de l’infrastructure. Le projet reçoit le BIM d’argent en 2020. Sous l’impulsion d’un programme d’intrapreneuriat impulsé par SNCF – Réseau, le projet est soutenu par son programme « BIM & Continuité numérique ».

La maquette numérique BIM-SIG du secteur de maintenance situé à proximité de la Gare de Juvisy, Permet de géolocaliser les constituant des voies ainsi que leurs défauts. Les opérations de maintenance sont facilitées et les processus de construction automatisés.

Le transport aérien

La MOA du projet de jonction de Paris-Orly, un terminal passager de 80 000m² reliant le terminal Ouest au terminal Sud, est assuré grâce au partage en temps réel de plus de 30 modèles BIM aux différents corps de métiers.

Les maquettes BIM ont permis une meilleure collaboration entre les parties prenantes du projet lors de la phase de conception et construction pour maîtriser les coûts et réduire les risques. En aval, la conception BIM permet également d’améliorer la gestion patrimoniale via un pilotage au plus fin des opérations de maintenance.  

Le BIM est donc utilisé par différents acteurs de transport pour divers types d’infrastructures. Selon la littérature existante sur le sujet, les gains du BIM dans les infrastructures de transports s’éprouvent à plusieurs phases du cycle de vie des infrastructures.

Quels sont les gains de l’utilisations du BIM pour les acteurs du transport ?

 

 

Notons que certains gains, notamment financiers, ne seront pas visibles dès la phase de conception. L’investissement initial sera plus élevé qu’en construction classique.

Les gains « court et moyen termes » tels qu’une meilleure collaboration entre les différents corps de métier, détection plus fine des clashs ou encore dès la phase de conception permettront in fine de maximiser le ROI du prochain à plus long terme.

« La littérature existante montre que l’application de la technologie BIM peut éliminer jusqu’à 40 % des modifications extrabudgétaires, raccourcir la période de construction de 7 %, économiser de 10 à 17 % des coûts opérationnels et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 % dans les projets de construction »

BIM Adoption for Facility Management in Urban Rail Transit: An Innovation Diffusion Theory Perspective –
Xiaodong Xu & al. 2020

Malgré les gains : quels freins ?

Pourtant, l’utilisation du BIM pour les infrastructures de transport semble limitée par rapport à son usage dans le bâtiment.

« Toutefois, si l’application du BIM à l’architecture, à la construction et aux activités manufacturières a été largement adoptée, elle n’a trouvé qu’une application limitée dans l’ingénierie des transports »

New Perspectives for BIM Usage in Transportation Infrastructure Projects – Bazan, Alberti & al. 2020

« L’utilisation du BIM dans les infrastructures aurait près de trois ans de retard par rapport à son utilisation pour les bâtiments… »

Building Information Modeling (BIM) for transportation infrastructure – Literature review, applications, challenges, and recommendations – Costin & al. 2018

 

Il existe encore quelques freins à l’utilisation du BIM dans les infrastructures de transports que quelques bonnes pratiques combinées à des évolutions technologiques permettront de lever.


Ces différents freins expliquent en partie pourquoi le BIM est moins largement utilisé pour l’instant dans les infrastructures de transport. Malgré l’absence de consensus sur les normes d’information sectorielle, l’interopérabilité entre les différents logiciels semblent se préciser. Le projet national MINnD (Modélisation des informations interopérables pour les infrastructures durables) vise notamment à favoriser la création de normes BIM adaptées dans le but de faciliter « l’opérabilité, l’interopérabilité et la pérennité des systèmes d’information » pour tous types d’infrastructures.

L’essor du BIM dans des projets d’infrastructures de transports avec des ROI éprouvés pourraient bien ouvrir la voie d’une généralisation de son usage dans le domaine.

 

Plus d’articles en lien avec celui-ci :

SmartCity et développement durable : quels liens ?

La blockchain dans le transport aérien de passagers : quelles opportunités ?

Les champions du nudge : comment RATP et SNCF impactent vos comportements sans que vous vous en rendiez compte

Sources :

  • BIM Adoption for Facility Management in Urban Rail Transit: An Innovation Diffusion Theory Perspective – Xiaodong Xu & al. 2020
  • New Perspectives for BIM Usage in Transportation Infrastructure Projects – Bazan, Alberti & al. 2020
  • Building Information Modeling (BIM) for transportation infrastructure – Literature review, applications, challenges, and recommendations – Costin & al. 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top